Il aurait été étonnant que Helmut Marko ne monte au créneau à l'occasion du Grand Prix national de Red Bull à propos des performances de Pierre Gasly. Ex-pilote de Formule 1, vainqueur des 24 Heures du Mans, l'Autrichien de 75 ans fait et défait les carrières des pilotes depuis une quinzaine d'années au sein de Red Bull Racing, en qualité de conseiller sportif du PDG de la marque de boisson énergisante, Dietrich Mateschitz.

Il avait promu le Français de Toro Rosso en lui accordant six mois pour se mettre au niveau de Max Verstappen. Il a acté samedi la fin de cette période de test et il est passé à l'étape suivante, l'ultimatum, selon la méthode qui lui est chère : accroitre la pression sur un pilote en difficulté.

Grand Prix d'Autriche
Gasly "ne doit pas dire constamment à M. Newey comment construire la voiture pour lui"
03/07/2019 À 13:01

"Être le coéquipier de Max Verstappen n'est pas facile : Max est un talent exceptionnel, a déclaré Marko à l'agence de presse autrichienne. Mais la performance et la vitesse que montre Gasly sont tout simplement inacceptables. Les deux derniers Grands Prix, au Canada et en France, étaient en deçà du niveau. L'écart entre Pierre et Max était trop grand."

Depuis le début de la saison, le Normand a été battu 6-1 en qualification (résultat de Bakou non pris en compte) et il a accumulé 37 points contre 100 au Néerlandais.

https://i.eurosport.com/2019/06/29/2628198.jpg

Kvyat se tient prêt au cas où

Plus délicat pour Gasly, Marko a mis en cause ses capacités à mettre au point sa monoplace et à restituer des impressions pertinentes. "Ça dépend de Gasly de ressentir la voiture et d'en avoir confiance", a tranché le manager. Après quelques Grands Prix, Max Verstappen avait indiqué ne plus consulter les données télémétriques de son coéquipier, les estimant non pertinentes à cause de l'écart qui séparaient leurs performances respectives.

A présent, Pierre Gasly sait à quoi s'en tenir : il doit combler l'écart avec Max Verstappen sans délai sans quoi il perdra sa place. Car si Helmut Marko ne l'a pas dit, c'est bien de cela dont il s'agit. Il a d'ailleurs pris une précaution qui en dit long sur ses intentions en programmant un examen de la monoplace du Français après le Grand Prix d'Autriche. "Nous inspecterons méticuleusement le châssis de la RB15. Il y a peut-être quelque chose de mauvais, mais nous ne le savons pas encore. Si nous trouvons quelque chose, ce sera bien sûr une bonne nouvelle", a-t-il conclu.

Au Castellet, Helmut Marko avait été vu en discussion avec Nicolas Todt, le manager de Daniil Kvyat (Toro Rosso), candidat naturel à un retour dans l'équipe Red Bull. "Nous projetons de finir la saison avec Pierre", avait dit Marko. Mais ça, c'était avant le Grand Prix de France.

Grand Prix d'Autriche
Bonus-malus : Verstappen roi de la "course à la dure", Leclerc beau perdant
30/06/2019 À 21:41
Grand Prix d'Autriche
Mercedes a dû "brider le moteur et rouler à l'économie"
30/06/2019 À 19:21