"Insensé", le mot est revenu plusieurs fois dans la bouche de Max Verstappen pour qualifier sa promenade dominicale au Grand Prix d'Autriche, et sa situation plus que jamais dominante au Championnat du monde, qu'il survole 32 points devant le champion en titre, Lewis Hamilton (Mercedes). Parti de la pole position pour la troisième fois de suite, le Néerlandais est entré dans le cercle des triple-vainqueurs consécutifs, et dans celui, tout aussi select, des auteurs d'un "Grand Chelem", puisqu'après la pole, il a trusté le meilleur tour et a mené les 71 tours pour l'emporter. Bref, la totale.
Le film de la course
Dimanche sur le Red Bull Ring, le message qu'il a envoyé en compagnie de son équipe à Lewis Hamilton et Mercedes est clair : il est toujours prêt au challenge. Cette neuvième manche du Mondial en était d'ailleurs un. Tout sauf un remake du Grand Prix de Styrie donné la semaine précédente sur ce même circuit court, alerte et vallonné, situé à une centaine de kilomètres de la capitale, Vienne. Pirelli avait décidé de corser l'affaire en imposant des gommes plus tendres.
Grand Prix d'Autriche
Facile vainqueur, Verstappen fait le break sur un Hamilton laborieux
04/07/2021 À 14:28
Beaucoup ont essuyé une dégradation accélérée de leurs enveloppes, comme Lewis Hamilton, obligé de stopper une deuxième fois et seulement quatrième. A la dérive, au point de laisser passer son coéquipier, Valtteri Bottas, classé deuxième devant Lando Norris (McLaren). Max Verstappen ? Il a géré, contrôlé, et il est rentré une seconde fois lui aussi par confort et précaution.

"Je devais juste être réveillé au départ"

Encore marqué par l'éclatement de son pneu arrière gauche à Bakou, alors qu'il était en tête, il n'a voulu prendre aucun risque à dix boucles de la fin et il a eu bien raison : son équipe l'a ensuite appelé pour l'avertir qu'une entaille barrait son pneu arrière droit… Sans forcer ou presque, il a violenté une dernière fois le chrono et fini d'écoeurer ses adversaires en fixant le meilleur tour dans la boucle suivant sa halte. Pour le point bonus et un score parfait de 26 points. Contre 12 à Lewis Hamilton.
"C'est vraiment génial, s'est exclamé le Néerlandais, à chaud. La voiture était sur des rails sur chaque type de pneus et très agréable à piloter. Insensé ! Je suis étonné de la façon dont ça s'est passé. En réussissant quelque chose comme ça, on me voit comme un favori, mais gagner n'est jamais facile. C'est un travail incroyable de l'équipe et de Honda. Ces deux semaines ont été vraiment géniales ici."
Et d'expliquer qu'au lendemain d'une pole qui l'avait laissé un peu chafouin (0"048 de marge seulement sur Lando Norris), il connaissait sa mission. "Je devais juste être réveillé au départ pour creuser un écart, a-t-il raconté, là encore sans doute avec à l'esprit le souvenir de sa mésaventure du Grand Prix de France. Je savais que si j'étais rapide là, je pourrai faire ma propre course." Ce qu'il a fait, y compris en compactant le peloton au maximum avant le gros coup d'accélérateur qu'il a donné au restart du quatrième tour, suite à la neutralisation mise en place pour évacuer l'Alpine accidentée d'Esteban Ocon au premier tour.

"Ça reste une saison très ouverte"

La fin fut une euphorie. Si "l'armée orange", comme il la nomme, n'avait pas pu assister à son premier triomphe à Spielberg, elle a pu prendre place dans une tribune dédiée - exclusive pour tout dire - ce week-end. Dimanche encore, elle a salué chaque dépassement ou fait de course favorable à son héros. "C'était insensé de voir tous ces fans ici, a confié #MV33, qui roulera pour la première fois à domicile, début septembre à Zandvoort. C'est une grosse motivation. Le dernier tour a été orange d'un bout à l'autre !"
Au micro de Canal+, il s'est ensuite défendu de tout changement d'approche dans sa lutte au championnat, malgré son break de 32 points, alors que le quota maxi par course est de 26 unités. "Ce sera exactement la même chose à l'avenir, a-t-il coupé. Ça reste une saison très ouverte et il peut se passer beaucoup de choses à l'avenir. Il faut continuer comme ça, il y aura des pistes plus difficiles pour nous après les deux courses que l'on vient de faire et en France aussi. On verra à Silverstone. Ce sera un autre challenge..."
A l'arrivée, Christian Horner a aussi souligné à quel point il appréciait ce premier Grand Chelem de son champion. "C'est une première pour lui et une première pour nous dans l'ère hybride, a fait remarquer le directeur d'équipe. Pour nous, ça fait cinq victoires de suite. C'est une performance phénoménale du team. Mais nous devons continuer, ne n'en sommes même pas à la moitié du chemin". Il reste en effet 14 courses au programme de 2021.
Grand Prix d'Autriche
Aux origines du fanatisme des supporters de Verstappen
11/07/2022 À 21:46
Grand Prix d'Autriche
Une polémique pour un podium : Norris n'est plus si tendre que ça
05/07/2021 À 10:04