Le naufrage Ferrari. Sur ses terres, à Imola, la Scuderia a vu Red Bull gâcher la fête des tifosi en signant un doublé, dimanche après-midi. Max Verstappen n'a jamais douté en 63 tours pour décrocher sa deuxième victoire de la saison, protégé par son ministre de la défense Sergio Pérez.
Lancé dans une grosse attaque après avoir chaussé des tendres à treize tours de l'arrivée, Charles Leclerc (Ferrari) est parti à la faute à la sortie de Rivazza, rétrogradant d'une potentielle deuxième place au sixième rang, tandis que son coéquipier Carlos Sainz a abandonné dans le premier tour, harponné par Daniel Ricciardo (McLaren). Lando Norris (McLaren) monte sur le podium pour la sixième fois de sa carrière.
Grand Prix d'Émilie-Romagne
Hamilton, préservé par Mercedes, enfoncé par les autres
26/04/2022 À 19:44

L'erreur de Leclerc

Deux manches partout, balle au centre. Pour Max Verstappen (Red Bull), l'équation est simple : quand sa monoplace ne fait pas des siennes, il s'impose et rafle tous les points. A la sortie de ce week-end italien, le champion du titre 2021 a fait main basse sur la totalité des unités en jeu, soit 34 points. Vainqueur de la course sprint, du Grand Prix et détenteur du meilleur tour, il revient à 27 points de Charles Leclerc (Ferrari).
Le Monégasque est toujours le leader du classement des pilotes, mais il peut nourrir d'immenses regrets. Devant des tifosi en délire, il a manqué son envol et s'est retrouvé P4 à la fin de la première boucle, alors que Carlos Sainz se retrouvait englué dans le bac à graviers à cause de Daniel Ricciardo (McLaren). L'abandon prématuré de l'Espagnol a douché les espoirs d'un circuit Enzo e Dino Ferrari rouge de monde.
L'attente du peuple transalpin reposait alors sur les épaules de son leader. Mais Leclerc n'a pas trouvé l'ouverture sur Pérez, revenant parfois à moins d'une seconde. La mission du Mexicain était simple : il devait faire barrage au candidat monégasque pour offrir une avance confortable à son coéquipier. Le pilote Ferrari a pâti de l'absence du DRS, qu'il a réclamé à la radio, due à la piste détrempée. La direction de course a finalement autorisé l'utilisation de l'aileron arrière amovible au 34e tour.
On attendait la pluie pour relancer l'intérêt de cette course. Elle a été annoncée maintes et maintes fois durant l'épreuve, et il fallut attendre les dernières boucles pour ressentir ici et là quelques gouttes. Alors Ferrari a pris les choses en main en appelant Leclerc aux stands pour chausser des Tendres à treize tours du terme. La réaction en chaîne ne s'est pas fait attendre, Pérez et Verstappen couvrant la stratégie du Cheval cabré.
Le Monégasque cavalait à toute vitesse vers la deuxième place défendue par le Mexicain et, en pleine attaque, a commis l'irréparable. En escaladant un vibreur à la Variante Alta, il est allé heurter un mur de pneus, abîmant son aileron qu'il dût remplacer pour franchir la ligne d'arrivée en sixième position.

Russell sauve l'honneur de Mercedes, Hamilton humilié

Cette erreur a fait les affaires de Lando Norris (McLaren) pour le gain de son sixième podium en carrière. Et dire que le Britannique était à 24 secondes de Leclerc avant l'arrêt aux stands de ce dernier... Parti en onzième position, George Russell (Mercedes) a terminé au pied du podium, devant Valtteri Bottas (Alfa Romeo), et continue de maximiser chaque opportunité. Lewis Hamilton (Mercedes) a échoué au treizième rang et subi l'affront ultime : se faire prendre un tour par Verstappen, avec qui il a lutté pour la couronne mondiale l'an dernier.
Le Britannique a été au coeur de la principale intrigue de ce Grand Prix, à savoir la bataille pour P11 entre Alex Albon (Williams), Pierre Gasly (Alpha Tauri) et lui-même. Pénalisé pour un contact avec... Hamilton consécutif à une sortie dangereuse dans la voie des stands, Esteban Ocon (Alpine) a signé une piteuse quatorzième place. Week-end à oublier pour l'écurie française, puisque Fernando Alonso a jeté l'éponge rapidement dans la course. Avec tous ces rebondissements, Sebastian Vettel a orchestré une belle remontée, de sa treizième position à l'envol à P8, inscrivant, ainsi, les premières unités d'Aston Martin cette saison.
Au classement des pilotes, Leclerc (86) a perdu de précieux points sur les terres des Rouges et voit Verstappen revenir à 27 longueurs (59). Red Bull (113) met également la pression sur Ferrari (124) chez les constructeurs, avant le prochain arrêt à Miami !
Grand Prix d'Émilie-Romagne
Comment Red Bull a maté Ferrari sur ses terres
26/04/2022 À 16:07
Grand Prix d'Émilie-Romagne
"C'est à se demander si Russell a signé chez Mercedes ou Hamilton chez Williams"
26/04/2022 À 16:06