Lewis Hamilton a résisté à tout. A une ultime charge de son coéquipier Valtteri Bottas, plus en verve que d'habitude ce week-end, et à un pari pneumatique des Ferrari qui a failli payer pour s'attribuer sa 74e pole position en carrière, sa troisième de suite au Grand Prix d'Espagne et sa quatrième en tout, samedi sur le Circuit de Catalogne.

Grand Prix d'Espagne
Ferrari soupçonné de tricherie
17/05/2018 À 06:29

Dans le Top 3 ni en Q1 ni en Q2, le quadruple champion du monde de Mercedes a mis le paquet au moment où ça comptait pour repousser la concurrence ; de peu. En 1'16"173 - soit le tour le plus rapide jamais fait à Montmelo - le Britannique a préservé son bien pour 0"040 face à son voisin de stand, et pour 0"132 aux dépens de Sebastian Vettel (Ferrari).

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1199x721:1201x719)/origin-imgresizer.eurosport.com/2018/05/12/2333269.jpg

Grosjean P10

Auteur du temps à battre en 1'16"491 lors de la première tentative, il a repris des "super tendre", tout comme Valtteri Bottas. Un choix qui serait resté banal si les pilotes de Ferrari n'avaient décidé de tenter le tout pour le tout en "tendre". Aux essais libres, ce type de gommes avait montré sa compétitivité sur un tour face aux "super tendre". Il a permis à Vettel de bondir de P6 à P3.

"Ça faisait un moment que je n'ai avais pas signé une", a fait remarquer le numéro 1 mondial. En fait, il patientait depuis le 24 mars et il a peut-être ressenti plus durement l'attente après trois positions de pointe de son rival de Maranello.

En revanche, Kimi Räikkönen (Ferrari), trop brouillon, n'a jamais été dans le match. Derrière lui, Max Verstappen et Daniel Ricciardo ont installé leurs Red Bull en troisième ligne, et Kevin Magnussen a arraché pour Haas la place de "meilleur des autres" pour 0"045 contre Fernando Alonso (McLaren).

Dixième, Romain Grosjean (Haas) a donc pris la place de meilleur Français, Pierre Gasly (Toro Rosso) étant passé à la trappe dès la Q2, tout comme Esteban Ocon (Force India).

Grand Prix d'Espagne
Vettel : "Cela aurait été pire avec les Pirelli normaux"
16/05/2018 À 14:51
Grand Prix d'Espagne
Mercedes écarte Alonso, qui "souffre toujours de choses qui se sont passées il y a dix ans"
14/05/2018 À 09:03