Getty Images

Lewis Hamilton (Mercedes) a réussi à faire fonctionner ses pneus, et il ne sait pas pourquoi…

Hamilton a réussi à faire fonctionner ses pneus, et il ne sait pas pourquoi…

Le 12/05/2018 à 20:06Mis à jour Le 13/05/2018 à 08:20

GRAND PRIX D'ESPAGNE - Lewis Hamilton (Mercedes) a poursuivi sa saison en dents de scie par une pole position, samedi. Et une fois de plus, les pneus étaient difficiles à cerner.

Lewis Hamilton trouvait le temps long depuis le Grand Prix d'Australie. Après trois pole positions de Sebastian Vettel (Ferrari), il est parvenu à remettre sa Mercedes est haut d'une grille de départ, samedi à Montmelo. Pour 0"040 aux dépens de son coéquipier Valtteri Bottas.

"Ces qualifications étaient très serrées, il a fallu donner tout ce que nous avions pour décrocher la pole position. Mais je suis très heureux : j'avais besoin de cette pole", a déclaré le Britannique. L'équipe a travaillé si dur ces dernières semaines pour s'améliorer, un grand merci à tout le monde ici et à l'usine. Ils ont gardé la tête basse et l'esprit ouvert pour trouver de nouvelles façons de s'améliorer. (...)"

"Les qualifications ont toujours été une de mes forces, mais j'ai eu des séances délicates depuis Melbourne, donc je suis content d'être de retour", a-til poursuivi. Cela a été un processus d'apprentissage constant pour comprendre comment utiliser les pneus, dont la fenêtre d'exploitation est très étroite, mais aujourd'hui nous l'avons fait comme il faut."

Valtteri Bottas, Lewis Hamilton (Mercedes) et Sebastian Vettel (Ferrari) au Grand Prix d'Espagne 2018

"Je pense qu'il va pleuvoir"

Pirelli a décidé pour cette course de modifier ses enveloppes, et il a fourni quelques explications sur le casse-tête que cela implique : "Qu'ils (Pirelli) mettent plus ou moins de gommes dessus, ils sont plus durs que l'an passé, même un cran plus tendre dans la gamme, a-t-il dit. Je pense que c'est dû au fait que leur fenêtre de fonctionnement est de loin bien plus étroite que l'an passé. On fait tout ce qu'on peut dans le tour de chauffe mais ils ne sont toujours pas dans la fenêtre (ndlr : au moment d'attaquer le tour), sachant qu'ils sortent des couvertures chauffantes. C'est pour ça que tout le monde galère. Je ne comprends pas pourquoi ils ont marché en Australie et pas ensuite, et pourquoi ils se sont remis à fonctionner aujourd'hui. J'ai dit à Valtteri qu'à Monaco, on va rouler avec des pneus froids car ce n'est pas faciles de les monter en température là-bas."

Pour ne rien arranger, il n'a aucune garantie d'appliquer le plan de course qu'il a en tête, car la météo pourrait s'en mêler. "Ça va être une course difficile car je pense qu'il va pleuvoir cette nuit", a-t-il annoncé dans une vidéo sur Twitter. "Ça va nettoyer la piste et il fera frais au départ. J'espère que ce ne sera pas une course sous la pluie, mais si c'est le cas nous serons prêts."

0
0