La note : 4/5

Charles Leclerc (Ferrari), George Russell (Mercedes) et Sergio Pérez (Red Bull) ont été sur la liste des vainqueurs en puissance jusqu'à ce que Max Verstappen (Red Bull) ne tente le pari d'un troisième arrêt. Les remontées de Lewis Hamilton (Mercedes) et Fernando Alonso (Alpine) ont fini de faire de ce Grand Prix d'Espagne est excellent cru. En deux éditions, Montmelo s'est refait une réputation.

Le vainqueur : Max Verstappen (Red Bull)

Grand Prix de Hongrie
Pole de Russell, menace sur Verstappen, offensive Ferrari et Alpine : le GP en questions
30/07/2022 À 21:32
Tête-à-queue, bac à graviers, DRS bloqué, Russell résistant comme jamais… Le Néerlandais a surmonté tous les obstacles dimanche à Montmelo, où il n'aurait pas gagné sans le problème de moteur de Charles Leclerc (Ferrari).
Red Bull, un doublé en ébullition : Verstappen énervé, Pérez rappelé à l'ordre
Le champion du monde 2021 avait eu sa part de malchance depuis le début de la saison (abandons à Sakhir et Melbourne) et il a même eu droit à un bonus avant le départ. En effet, le magazine allemand Auto, Motor und Sport, repris dimanche par GPblog.com, a révélé que les RB18 avaient pris la piste huit secondes avant la fermeture de la pit lane, en raison d'une température d'essence en deçà du minimum requis par la FIA. Red Bull a joué avec le feu et risqué la même sanction qu'Aston Martin à Miami.
Enervé par son DRS qui se fermait aussitôt qu'il s'ouvrait, Max Verstappen a refusé de subir derrière George Russell et ça lui a réussi. En 2021, il se croyait infranchissable pour Lewis Hamilton, mais il avait été piégé par le Britannique, qui avait décidé de faire un arrêt de plus. Il a repris cette option offensive à son compte avec succès. Avec Sergio Pérez à son service, la place de leader du championnat était au bout.

Le grand perdant : Charles Leclerc (Ferrari)

Il touchait du bois mais c'est fini. Quatrième poleman contraint à l'abandon à Montmelo après Gerhard Berger en 1991, Damon Hill en 1996 et Lewis Hamilton en 2016, le Monégasque peut se dire que côté perfo, ça va. En qualification comme en course, avec les "tendre" comme les "medium", ce qui n'était pas vraiment dernièrement.
Evidemment, le coup est rude au Championnat du monde avec ces 43 points perdus sur Max Verstappen depuis Imola.

Les revenants : Mercedes

George Russell P3, Lewis Hamilton P5 : ce n'est pas le meilleur résultat en termes de points cette saison (27 à Sakhir et Melbourne) mais c'est de loin le plus prometteur en rythme et en constance. L'équipe de Brackley a débarrassé la W13 de son marsouinage dans les lignes droites et tout le reste s'en est ressenti, comme la puissance moteur.
Malgré sa remontée, Hamilton a encore cédé un peu de son pouvoir à Russell
"Nous avons clairement progressé par rapport au peloton, au moins ici, et récupéré une demi-seconde par rapports aux leaders : nous étions à une seconde et nous sommes maintenant à une-demi, a résumé Toto Wolff, le patron des Gris. Nous avons débloqué le potentiel de la voiture en peaufinant des choses lors des arrêts. Cela a été notre meilleure course pour comparer les deux voitures, à travers les réglages et les pneus. Notre compréhension a fait un grand pas en avant et ça va continuer."

Le galérien : Pierre Gasly (AlphaTauri)

14e au départ et 13e à l'arrivée à un tour, avec un abandon devant lui. Le Normand a eu sa course compromise dès le premier tour, puis un contact avec Lance Stroll (Aston Martin) qui lui a valu 5 secondes de pénalité.
"Les week-ends s'enchainent et ça ne paie toujours pas. On n'arrive pas à avoir un week-end sans problème", a lâché le Normand au micro de Canal+.

Le défenseur : George Russell (Mercedes)

Plus que les duels Leclerc - Verstappen réglés à coups de DRS à Sakhir et à Djeddah, le combat entre le jeune anglais et le champion du monde en titre a peut-être été le plus beau depuis le début de saison. En repassant le Néerlandais dans le virage n°2 au 24e tour, il a pris une nouvelle dimension dans le peloton, et plus encore chez Mercedes, pointé en tête pour la première fois cette année.

Le bonus : Alpine

Ocon de P12 à P7, Alonso de P20 à P9, les Bleus ont empochés huit points mérités. Et "Nando" a fait amende honorable après ses déclarations incendiaires vis-à-vis des commissaires du Grand Prix de Miami, qu'il avait taxé "d'incompétents".
"Pour revenir à Miami et sur ce qui s'est passé jeudi, je vois peut-être les choses différemment maintenant, a-t-il dit. Les commissaires ont fait leur travail à Miami et peut-être voyons-nous les choses sous un autre angle depuis le baquet et dans le feu de l'action. Je soutiens pleinement les idées de la FIA et nous voulons collaborer avec eux dans le but d'améliorer le spectacle proposé aux fans." Bref, ça n'ira pas plus loin.

Le malus : Carlos Sainz (Ferrari)

La reconduction de contrat pour deux ans avant Melbourne n'y a rien changé. Pas plus que la motivation de piloter devant son public. Il a perdu deux places au départ et visité le bac à graviers dès le 7e tour. Sa quatrième place est très insuffisante pour la Scuderia et c'est effrayant, mais la solution ne viendra pas de lui.
"Il a fini quatrième en revenant d'une situation difficile, a noté Mattia Binotto. Il n'est probablement toujours pas à l'aise avec la F1 75 et c'est à nous de l'aider à devenir complètement confortable avec elle. Il est tenace, il étudie la situation et ne baisse jamais les bras".

Le chiffre : 6

George Russell a marqué des points lors des 6 Grands Prix de 2022. Avec l'abandon de Charles Leclerc, il est désormais le seul dans ce cas.

La décla : Toto Wolff (Mercedes)

Le rythme de Lewis était sensationnel. Nous aurions du nous battre pour la victoire.
Grand Prix de Hongrie
Leclerc va-t-il avoir peur ? "Je ne vais pas changer mon style de pilotage"
30/07/2022 À 19:23
Grand Prix de Hongrie
Red Bull K.-O. : Verstappen lâché par son moteur, Pérez victime de la FIA et du trafic
30/07/2022 À 18:35