Lotus F1 Team

Räikkönen console Lotus

Räikkönen console Lotus
Par Eurosport

Le 24/06/2012 à 22:15Mis à jour Le 24/06/2012 à 22:23

Lotus s'est vu jouer la victoire à Valence jusqu'à l'abandon de Romain Grosjean. Heureusement, Kimi Räikkönen était en couverture.

Lotus a cru à la victoire dimanche. Peut-être plus qu'à Bahreïn, lorsque Kimi Räikkönen avait eu une occasion d'attaquer Sebastian Vettel (Red Bull). Au 34e tour, Romain Grosjean, à la poursuite de Fernando Alonso (Ferrari), était loin d'avoir dit son dernier mot. Mais une panne d'alternateur en a décidé autrement. "L'alternateur de Romain a connu une défaillance qui a stoppé net la puissance électrique au moteur", a expliqué Rémi Taffin, le responsable des Opérations piste de Renault Sport F1. "Nous allons bien entendu mener une analyse approfondie sur les causes de ces incidents dès leur retour à Viry afin d’éliminer tout risque pour Red Bull, Lotus, ainsi que nos autres partenaires", a-t-il ajouté.

Heureusement, Kimi Räikkönen veillait au grain dimanche. Posté 3e au moment du renoncement de son coéquipier, le Finlandais a ensuite pu passer un Lewis Hamilton (McLaren) en difficulté pneumatique pour aller chercher les 18 points de la 2e place. Enstone retient "une superbe performance" de son Finlandais, par ailleurs jugé "excellent dans le trafic".

"La deuxième place, c'est bien, mais c'était la victoire que je voulais", a commenté le champion du monde 2007. "Nous n'étions pas assez performants pour aller la chercher. J'ai pris un bon départ, mais j'ai été bloqué par Pastor [Maldonado] au premier virage et j'ai perdu quelques places. J'ai pu faire une bonne remontée et je me suis bien battu contre certains, dépassant et me faisant dépasser", a-t-il poursuivi. Il a parfois paru timoré au plus fort de la bagarre. Mais c'était pour mieux rester en dehors des nombreux coups de Jarnac qui ont émaillé cette 8e course - un peu folle - de la saison.

Lotus tient son rang

"Je n'ai pas pu faire monter les pneus en température assez rapidement après le safety car et j'ai commis une petite erreur au re-start", a-t-il ajouté. "Mais en retrouvant une bonne cadence, j'ai pu revenir. C'était vraiment serré, mais la victoire était hors de portée."

"C'est un bon résultat pour l'équipe et pour Kimi", a relevé Eric Boullier, le directeur d'équipe. "La deuxième place rapporte beaucoup de points et nous n'avons pas perdu de terrain sur les équipes qui nous précèdent au classement des constructeurs." Effectivement, Red Bull, leader chez les constructeurs (176 points), a ramené 12 points avec Webber (4e), et McLaren, 2e avec 137 points, s'est contenté des 4 unités de Button (8e). 3e, Lotus compte 126 points, soit 4 de plus que Ferrari, qui en a amassé 25 en Espagne. Dans son bilan, Lotus souligne qu'au championnat des constructeurs elle reste devant Ferrari, même si elle n'est que 11ème au nombre de tours bouclés en course cette année.

"Pas loin de ma première victoire"

Contraint à l'abandon pour la quatrième fois cette année, la première pour raison mécanique, Romain Grosjean a raconté sa mésaventure. "La voiture a perdu de la puissance et s'est arrêtée. Je ne pouvais même plus contacter mes ingénieurs, la radio était hors service", a-t-il relaté. "Jusqu'à ce moment, la course avait été presque parfaite. J'avais pris un bon départ et nous étions sur la bonne stratégie." Ce "bon départ" l'aura vu opérer un croisement de volant brillant pour faufiler sa E20 entre celle de son coéquipier et l'imprévisible Pastor Maldonado (Williams), au freinage du virage N.2, pour la 3e place.

"Je pense que je n'étais pas loin de ma première victoire", a attesté le Tricolore. "Le point positif du week-end est que je me suis battu en tête de la course et que la performance était là. Sebastian [Vettel] était très fort et je ne sais pas si j'aurais pu le rattraper. Quand il a connu son problème, j'étais deuxième derrière Fernando [Alonso] et là j'ai pensé que je pouvais lutter pour la victoire parce que je savais que la dégradation de mes pneus serait moins forte que la sienne. Malheureusement, le sort en a décidé autrement…"

"Je suis désolé pour Romain, il était en bonne position avant que ce que nous pensons être une panne d'alternateur entraine une baisse de pression d'essence et l'arrêt de sa voiture", a dit Alan Permane, directeur des Opérations piste. "Il était définitivement en course pour un podium encore une fois et c'est vraiment malheureux." Il a néanmoins tiré un enseignement du re-start, marqué par la perte de la 2e place de Grosjean au profit d'Alonso : "Nous savons qu'il faudra veiller à faire monter les pneus en température plus vite après un safety car."