Getty Images

Leclerc en pole au bout d'une énorme farce

Leclerc en pole au bout d'une énorme farce

Le 07/09/2019 à 16:18Mis à jour Le 07/09/2019 à 20:59

GRAND PRIX D'ITALIE - Charles Leclerc (Ferrari) a conquis la pole position samedi à Monza, devant Lewis Hamilton (Mercedes). Le Monégasque a été l'un des deux pilotes à passer la ligne de chronométrage avant la fermeture de la piste. Aucun pilote décidé à ouvrir la piste, sept pilotes ont été piégés.

Quelle joie pour les tifosi et quel discrédit pour la Formule 1 ! Samedi à Monza, Charles Leclerc (Ferrari) a conquis la quatrième pole position de sa jeune carrière, au terme d'une qualification qui a sombré dans le ridicule. Aucun pilote décidé à ouvrir la piste dans le tour de préparation du dernier tour chrono en Q3, pour ne pas offrir d'aspiration à son suivant, seul deux pilotes ont franchi à temps la ligne de chronométrage pour se lancer dans un tour rapide, Charles Leclerc (Ferrari) et Carlos Sainz (McLaren).

Q3 - Grand Prix d'Italie 2019

Lors du premier run, Sebastian Vettel (Ferrari) s'était fait piéger par les pilotes Mercedes à la sortie de la pit lane. Obligé d'attaquer le premier run en tête, il avait feint un freinage raté à l'arrivée sur le virage n°1, et pris l'échappatoire formé par des chicanes. Mais le peloton roulait tellement lentement derrière lui qu'il avait dû reprendre la piste devant tout le monde.

Lors de la seconde tentative, c'est Nico Hülkenberg (Renault) qui a refusé d'assumer le leadership, et fait le même coup.

Derrière lui, Sebastian Vettel a gesticulé et fini par passer. Puis Carlos Sainz (McLaren). L'Espagnol en a été récompensé : il est parvenu in extremis à passer avant le drapeau à damier, quelques longueurs derrière Charles Leclerc (Ferrari), qui s'était dépêché de passer son coéquipier avant la parabolique. Le Monégasque détenait à cet instant la pole position provisoire.

"Je suis content d'être en pole, a déclaré le natif de Monte-Carlo. Dommage qu'il y ait eu ce gros bazar à la fin... Espérons que la course soit bonne."

Lewis Hamilton et Valtteri Bottas (Mercedes) sont restés deuxième et troisième, à 0"039 et 0"047, grâce à leurs premières tentatives. Mais, comme si cette farce ne suffisait pas, Sebastian Vettel (Ferrari) n'avait toujours pas vu son quatrième temps annulé à la fin cette Q3, en dépit de quatre roues clairement au-delà de la ligne blanche dans la parabolique. Les commissaires avaient pourtant annoncé la règle et pénalisé plusieurs d'une annulation de chronos dans les précédentes séances.

Dans le Top 10, il faut relever la neuvième place de Kimi Räikkönen (Alfa Romeo), qui a provoqué un drapeau rouge entre les deux runs en Q3. Ensablé déjà vendredi dès les essais libres 1, le vétéran finlandais, auteur l'an dernier de la pole position la plus rapide de tous les temps à 263,587 km/h de moyenne, a cette fois tapé fort.

0
0