Getty Images

Duel Leclerc - Hamilton, série de Mercedes, records en danger: le Grand Prix en questions

Duel Leclerc - Hamilton, série de Mercedes, records en danger: le Grand Prix en questions

Le 07/09/2019 à 23:29Mis à jour Le 08/09/2019 à 12:28

GRAND PRIX D'ITALIE - Quel résultat laissent espérer les statistiques au poleman Charles Leclerc (Ferrari) dimanche ? Quelle série pourrait prolonger Mercedes ? Quels records vise Lewis Hamilton (Mercedes) ? Eléments de réponses...

Quel résultat espérer pour le polemen à Monza ?

Un podium. C'est simple, depuis 1994, tous les polemen qui ont pu voir le drapeau à damier ont fini premier ou deuxième ! Et depuis 2010, tous les pilotes partis en tête de grille ont gagné sauf Lewis Hamilton (Mercedes) en 2016 et Kimi Räikkönen (Ferrari) l'an dernier.

Leclerc prend-il de bons départs de la pole position ?

C'était peut-être l'émotion de sa 1re pole : à Bahreïn, il avait perdu 2 places d'entrée. Ensuite, il s'était repris en conservant son bien au virage n°1 en Autriche et en Belgique.

Charles Leclerc (Ferrari) au Grand Prix d'Italie 2019

Le poleman gère-t-il bien son affaire cette saison ?

Oui ! Depuis Monaco, les polemen (Hamilton, Vettel, Leclerc, Bottas et Verstappen) des huit Grands Prix successifs ont viré en tête à chaque fois au départ !

Quel sera le plus grand danger pour Leclerc ?

Les Flèches d'argent perdent du temps dans le secteur 1, qui comprend la grande ligne droite, mais beaucoup moins que la semaine passée en Belgique. Pour preuve, Lewis Hamilton a raté la pole position de 0"039 tout en ayant levé le pied à cause de l'accident de Kimi Räikkönen (Alfa Romeo). Tout comme Valtteri Bottas.

"Ça va être difficile parce qu'elles sont très rapides et qu'ici à Monza les effets d'aspiration et du DRS sont très importants", a expliqué le Monégasque. "Mais notre rythme de course semble meilleur qu'à Spa", a-t-il souligné.

Verstappen, qui part 20e de la pit lane, a-t-il une chance de victoire ?

Statistiquement non. Peter Gethin reste le vainqueur le plus éloigné. En 1971, le Britannique de BRM avait démarré 11e pour triompher dans le dernier tour.

Grosjean peut-il surprendre ?

Il va peut-être vivre une course décisive. C'est après cette épreuve que Günther Steiner, le directeur d'équipe, donnera son avis au propriétaire, Gene Haas, sur l'opportunité de garder le Français dans son effectif. Il part 14e et sa tâche ressemble à une mission impossible. "De manière générale, nous avons un gros déficit de vitesse de pointe par rapport à Kevin [Magnussen], a-t-il expliqué. Ça allait très bien dans les virages mais, je ne sais pas pourquoi, dans les lignes droites, on perd tout. Et quand ça se joue aussi serré à Monza, ça n'est pas idéal."

Quelle stratégie pour les 53 tours ?

Le "Temple de la vitesse" est la course la plus courte de la saison (1h 16' 54" en 2018) et n'offre jamais de suspense par temps sec : la norme est d'un arrêt. Pour les partants en "tendre", il faudra stopper au 22e passage pour chausser des "medium".

Sebastian Vettel et Charles Leclerc (Ferrari) au Grand Prix d'Italie 2019

Quelle série Mercedes va-t-elle chercher à prolonger ?

Celle de ses victoires en Lombardie instaurée en 2014.

Le circuit produit-il beaucoup de dépassements ?

Non. Avec 24 manœuvres en 2016, 11 en 2017 et 5 en 2018, la tendance est même particulièrement inquiétante.

Quels records peut viser Hamilton ?

Celui des Grands Prix menés et celui des Grands Prix dominés de bout en bout. A condition de pointer les 53 tours en tête, il rejoindra Michael Schumacher, leader de 142 Grands Prix, et Ayrton Senna, leader exclusif de 18 épreuves.

0
0