Si vous êtes amateur de sports collectifs en général ou de football en particulier, vous connaissez forcément le procédé. Il fait gagner du temps, sans que la contrepartie ne soit trop coûteuse, et ne s'accorde en rien avec les règles de loyauté que l'on exige du sport. La faute tactique est vieille comme le monde et il arrive, parfois, qu'elle s'invite dans d'autres disciplines. A-t-elle fait un petit tour au Grand Prix d'Italie, dimanche dernier, pour intervenir dans la course au titre opposant Max Verstappen à Lewis Hamilton ?
Certains en sont convaincus. Y compris Toto Wolff, le patron de Mercedes. "C'est comme ça qu'on la définit en football. Verstappen savait sûrement que si Lewis restait devant, il remporterait le Grand Prix", a expliqué le dirigeant sur Sky Sport.
Autrement dit, le Néerlandais aurait préféré sacrifier sa course, ainsi que celle de son rival, pour conserver son avantage de cinq petites unités au championnat et ainsi ressortir gagnant d'un week-end où le Britannique partait favori. Samedi, le Néerlandais avait engrangé deux points supplémentaires, alors que le septuple champion du monde avait fini bredouille lors de la course sprint.
Grand Prix d'Italie
Tête projetée mais coup du lapin évité : pourquoi le crash de Sainz mérite l'enquête de la FIA
16/09/2021 À 19:32
Podcast
Ce n'est pas non plus comme Prost et Senna
Et si la faute tactique vaut parfois un carton jaune, cet incident a lui coûté une pénalité à Verstappen. Le leader du Mondial sera automatiquement rétrogradé de trois places sur la grille de départ du prochain Grand Prix, en Russie. Sur un autre circuit a priori plus favorable à Mercedes.
"Supposer que Max a fait cela intentionnellement est un non-sens, a commenté Helmut Marko, consultant Red Bull, à l'ORF. Ce n'est pas non plus comme Prost et Senna [En 1989 et 1990 au Japon]. La différence est énorme, même si le résultat est peut-être le même. Cette fois, aucun d'eux n'avait une telle intention. Vous ne pouvez pas planifier un crash comme celui-ci." Faute tactique ou non, Verstappen va passer deux semaines de plus en tête du championnat du monde. Ce qui n'aurait peut-être pas été le cas sans le crash de Monza.

"Au virage n°2, Verstappen aurait poussé Hamilton dehors, c’est sa façon de faire"

Grand Prix d'Italie
"Sieste", "génération Y" et "fanfare" : la course sprint, un concept à parfaire
16/09/2021 À 06:23
Grand Prix d'Italie
Marko : "Mercedes a voulu faire croire que le pauvre Hamilton était soudainement blessé"
15/09/2021 À 16:18