Getty Images

Le pilote attendu au tournant : Valtteri Bottas (Mercedes), obligé au sans-faute

Le pilote attendu au tournant : Bottas, obligé au sans-faute

Le 06/04/2018 à 12:44Mis à jour Le 06/04/2018 à 19:10

GRAND PRIX DE BAHREÏN - Valtteri Bottas s'est mis en difficulté dès la première course en faisant défaut à Mercedes dans son duel avec Ferrari. Le Finlandais n'a pas le choix : il doit faire un week-end propre pour redorer son blason.

Antti Aarnio-Wihuri vient encore de voler au secours de Valtteri Bottas. Après un Grand Prix d'Australie raté, le sponsor personnel du Finlandais avait envoyé un contre-feu médiatique en désignant Mercedes comme un choix évident pour un nouveau contrat à compter de 2019, tout en n'excluant pas la piste Ferrari. Une manœuvre grossière censée aider un pilote pris en défaut, et à grand fracas, dès la Q3 du premier Grand Prix de la saison. Et pas invité par le directeur de la Compétition des Gris, Toto Wolff, à ouvrir de quelconques discussions sur son avenir.

Antti Aarnio-Wihuri était monté au créneau pour rappeler en creux les conditions de l'arrivée de son protégé, début 2017, en remplacement du champion du monde subitement retraité, Nico Rosberg. Et accessoirement aussi, nous remémorer qu'avant de devenir un pilote officiel de la firme à l'Etoile, Valtteri Bottas avait pour manager personnel un certain Toto Wolff ; interdit, depuis, par la marque allemande de mélanger ses intérêts personnels avec ceux de l'écurie.

Un moral tout neuf ?

Antti Aarnio-Wihuri avait bien fait son travail sibyllin, en nous rafraichissant la mémoire. Pour lâcher VB77, Williams avait demandé à Mercedes 6 millions d'euros de contribution au salaire du revenant Felipe Massa. "Antti a rendu le transfert possible pour nous. Valtteri a d'autres partenaires très importants, comme Kemppi, mais Antti a permis l'accord avec Mercedes", avait reconnu à l'époque le directeur de Mercedes Motorosport au quotidien finlandais Turun Sanomat.

Bref, Toto Wolff ferait peut-être bien d'y réfléchir à deux fois avant de placer le coéquipier de Lewis Hamilton sur la sellette. Ce qu'il s'est gardé de faire d'ailleurs, pendant que Niki Lauda, le président non-exécutif de Mercedes F1, promettait à Melbourne d'aller voir Bottas pour "lui remonter le moral". Mais Lewis Hamilton ne s'est pas gêné de souligner que ce n'était "pas facile" de faire la course à un contre deux, dans l'étau des Ferrari de Kimi Räikkönen et de Sebastian Vettel.

Sponsor ou pas, Valtteri Bottas s'est condamné sportivement à se ressaisir dès ce week-end à Bahreïn. Parce que la piste, c'est de toute façon là où on l'attend. "C'était juste un mauvais week-end, je n'y pense plus", a-t-il juré. "Il ne faut pas se mettre de pression après une erreur en qualification".

Kimi Räikkönen (Ferrari), Fernando Alonso (McLaren) et Valtteri Bottas (Mercedes) au Grand Prix de Bahreïn 2018

Kimi Räikkönen (Ferrari), Fernando Alonso (McLaren) et Valtteri Bottas (Mercedes) au Grand Prix de Bahreïn 2018Getty Images

Sakhir, des souvenirs plus ou moins bons

Il devra quand même se sentir plus dans la peau d'un n°2 modèle que dans celle du champion du monde en puissance que sa fierté lui commandait en arrivant aux antipodes. Il l'avait compris après coup en opérant une remontée toute aussi anonyme que prudente de la 15e à la 8e place le dimanche.

Le problème reste qu'il a grillé un joker d'entrée. Sûr qu'une telle faute aurait eu moins de répercussions au cœur de la saison car il n'aurait sans doute pas été le premier pris au piège. Mais là, on n'a vu que ça, que lui dans une épave au milieu de débris, et la pole position extraordinaire de Lewis Hamilton n'a fait qu'accentuer le contraste.

Sakhir est une belle opportunité à saisir. C'est le circuit de sa première pole position en carrière, l'an dernier avec Mercedes, avant d'exploser en course, en pleine surchauffe pneumatique. Mais Sakhir, c'est aussi là où, sous les couleurs de Williams, il avait percuté et mis à l'équerre la Flèche d'argent de Lewis Hamilton au premier virage, au départ en 2016. Toutefois la difficulté sera de briller sans trop en faire.

0
0