La hache de guerre est déterrée entre les pilotes Mercedes au soir du Grand Prix de Belgique. Lewis Hamilton a révélé à la presse avant de quitter le circuit que Nico Rosberg avait admis, durant le débriefing, qu'il lui était délibérément rentré dedans dans le deuxième tour de course. A moins que le Britannique n'ait... mal interprété les propos de son coéquipier.

"C'était déjà assez clair à mes yeux mais nous venons juste d'avoir une réunion à ce sujet et, en gros, il a déclaré qu'il l'avait fait exprès", a révélé Hamilton, relégué maintenant à 29 points de son équipier.

Grand Prix de Belgique
Rosberg, fautif : "Pas agréable de se faire huer…"
24/08/2014 À 16:01

"Il a dit qu'il l'avait fait pour prouver quelque chose. Il a déclaré qu'il aurait pu éviter l'accrochage. Il a dit précisément :'Je l'ai fait pour prouver quelque chose'. Il a réellement dit qu'il l'avait fait pour prouver quelque chose ! Et si vous ne me croyez pas, allez voir Toto [Wolff], Paddy [Lowe] et tous les autres membres de l'équipe qui ne sont également pas contents de lui.J'étais véritablement bouche bée quand je l'écoutais durant la réunion. Vous devez lui demander ce qu'il essayait de prouver."

Hamilton a ajouté que Rosberg avait même essayé de lui faire porter le chapeau pour leur accrochage. "Il est arrivé dans la pièce et il a déclaré que j'étais le seul responsable. Dès qu'il est arrivé, c'est ce qu'il a dit…"

Pour Wolff, Hamilton a mal compris

Le champion du monde 2008 a laissé entendre que Rosberg avait voulu se venger pour ne pas l'avoir laissé passer au Grand Prix de Hongrie. "Nous avions déjà eu une réunion ce jeudi et Nico n'avait pas caché sa colère. Et j'étais assis là en train de me dire : 'Cela fait trois semaines et tu n'es toujours pas passé à autre chose ?!'. Il était vraiment énervé, également contre Toto et Paddy ! Mais je pensais que tout allait s'arranger après cette réunion. Pourtant, avec ce qui s'est passé aujourd'hui…"

A l'arrivée de la 12e manche du Mondial, les responsables de l'écurie allemande ont été clairs. "Lewis était en tête et sur la bonne trajectoire, c'est donc Nico qui est en faute", a tranché Niki Lauda, champion du monde en 1975, 1977 et 1984, et président non exécutif de l'écurie. "Au deuxième tour du Grand Prix, c'est impardonnable. En fin de course, en plein duel, on pourrait le comprendre, mais là c'était inutile. Le résultat final est très mauvais pour Mercedes."

"C'est inacceptable", a estimé Toto Wolff, directeur de l'équipe et directeur de Mercedes Motorsport. "Nos pilotes ont le droit de se battre entre eux, mais il y a une règle qu'il leur faut respecter, c'est de ne pas se rentrer dedans ! Nous allons régler cela entre nous, mais Nico a commis une grave erreur de jugement."

Toutefois, en début de soirée, ultime rebondissement avec les précisions apportées par ce même Toto Wollf sur l'intentionnalité de la manoeuvre de Rosberg. "Nico pensait que c’était à Lewis de lui laisser la place, et Lewis ne l’a pas fait. Durant cette réunion, qui fut très tendue, ils n'étaient donc pas d'accord, mais l’accident n’était pas délibéré. C’est du non-sens", a-t-il affirmé. Même si, sur le fond, le problème reste entier. "Cela ne change absolument pas ce qui s’est passé, a conclu Wolff. Cet accident reste inacceptable à nos yeux. Nico n’était pas prêt à prendre l’échappatoire et c’est ce qui a provoqué l’accrochage."

Découvrez les girlfriends des pilotes de Formule 1 dans notre galerie en cliquant ici.

Retrouvez plus d’articles sur F1i

Le tweet de F1 Racing

Grand Prix de Belgique
Hamilton accroché par Rosberg et "dégoûté"
24/08/2014 À 15:07
Grand Prix de Belgique
Victoire de Ricciardo, rififi entre Rosberg et Hamilton
24/08/2014 À 13:39