Getty Images

Sebastian Vettel (Ferrari) : "Ce n'était peut-être pas été aussi calme qu'il aurait fallu"

Vettel : "Ce n'était peut-être pas été aussi calme qu'il aurait fallu"

Le 25/08/2018 à 20:17Mis à jour Le 25/08/2018 à 23:20

GRAND PRIX DE BELGIQUE - Sebastian Vettel a évoqué samedi une mauvaise gestion de Ferrari à la fin de la Q3, un manque de sérénité et un problème technique pour expliquer les 0"726 encaissés face à Lewis Hamilton (Mercedes) pour la pole position.

"Ça n'était pas mouillé, ça n'était pas sec, c'était quelque chose entre les deux", commente Sebastian Vettel, un peu dépité à l'issue de la qualification du Grand Prix de Belgique, samedi. L'Allemand décrit un entre-deux qui l'a un peu décontenancé. Et qui l'a finalement conduit à la deuxième place, à 0"726 de son rival dans la course au titre, le poleman Lewis Hamilton (Mercedes).

L'as de la Scuderia avait pourtant une main sur la pole avant le tour chrono de la dernière chance du Britannique. Il le suivait aussi en piste, à une bonne poignée de secondes, avec l'opportunité de puiser dans la prestation adverse un surcroit de motivation. Mais plus qu'une question de volonté, c'était une subtile question d'exploitation.

"C'était un peu chaotique et pas génial du point de vue de la gestion", a-t-il ajouté. "Je n'ai pas le sentiment que nous avons réussi à tout enchainer correctement dans ce dernier tour, nous avons manqué de batterie."

Lewis Hamilton (Mercedes), Sebastian Vettel (Ferrari) et Ocon (Force India) au Grand Prix de Belgique 2018

"Une séance un peu décousue"

"De ce point de vue, ce n'était pas une bonne façon de finir la séance. C'était beaucoup de plaisir, mais pas gratifiant quand on sait qu'on aurait pu faire mieux", a regretté le quadruple champion du monde. Avec une batterie à niveau, il aurait eu un surcroit de puissance appréciable dans la grande ligne droite de Kemmel.

"Il y avait de la confusion, et ce n'était peut-être pas été aussi calme qu'il aurait fallu. C'est comme si nous n'avions pas tout pour faire les choses, pour des diverses raisons. En cela, ce fut une séance un peu décousue", a-t-il ajouté. Une manière de parler de la gestion approximative de son équipe, qui de l'autre côté du garage n'avait pas mis assez d'essence dans la voiture de son coéquipier, Kimi Räikkönen, pour lui permettre de défendre sa pole position provisoire.

A écouter la suite, on comprend que les stratèges de Maranello ne l'ont pas envoyé au bon moment en piste. "Il y a eu un moment de flottement. Je ne savais pas vraiment quoi faire, je suis resté bloqué dans la ligne des stands, ensuite j'étais un peu dans le trafic, puis la piste a séché", a exposé le quadruple champion du monde.

"L'écart est assez grand au final (0"726), donc c'est mérité pour Lewis de décrocher la pole, mais j'ai hâte d'être à dimanche. Comme je suis sûr que nous avions un bon rythme dans la voiture aujourd'hui, cela devrait aussi être le cas pour la course", a-t-il conclu.

0
0