Ferrari S.p.A.

Le rouge est remis !

Le rouge est remis !

Le 14/04/2018 à 11:05Mis à jour Le 14/04/2018 à 18:56

GRAND PRIX DE CHINE - En rivant ses SF71H en tête de grille samedi, Ferrari a brisé les dernières certitudes de Mercedes et remis à jour quelques statistiques.

Ferrari est en train de faire trembler Mercedes sur ses bases et imposer sa SF71H comme une machine redoutable de polyvalence et son équipe indéniablement la meilleure en termes d'exploitation. Hors du coup en qualification en Australie, la Scuderia était parvenue à piéger la firme à l'Etoile en course, en combinant sa stratégie du deux contre un à une erreur d'appréciation des Gris.

A Bahreïn, elle avait barré la route des ces derniers dès la qualification et Vettel avait porté le coup de grâce en trompant l'adversaire au bluff, sur un second arrêt qu'il avait fait miroiter. La seule ombre au tableau avait été le pit-stop catastrophique de Kimi Räikkönen.

A Shanghai, les hommes de Maurizio Arrivabene ont fait monter un peu plus la pression sur ceux de Toto Wolff en obtenant bien plus de grip mécanique (des pneus donc) que leurs rivaux. En bloquant l'accès à la 1re ligne, ils ont fait même tomber Mercedes de son piédestal, invariablement en pole position à Shanghai depuis 2012. A Manama, les Rouges avaient brisé l'invincibilité des Gris en qualification sur les trois premiers Grands Prix datant de début de leur épopée moderne, en 2014, et ils ont clairement enfoncé le clou samedi.

Sebastian Vettel et Sebastian Vettel (Ferrari) au Grand Prix de Chine 2018

Maranello a remonté le temps en signant sa 1re pole position en Chine depuis 2004, et verrouiller les places 1 et 2 en qualification deux Grands Prix de suite pour la première fois depuis Indianapolis et Magny-Cours 2006.

Et si Lewis Hamilton avait estimé après le Grand Prix d'Australie qu'on en saurait comme d'habitude plus sur les forces en présence après le Grand Prix d'Espagne, on ne semble plus en être là aujourd'hui, tant il faudrait que les conditions de course soient différentes dimanche pour déboucher sur autre chose qu'une nouvelle victoire rouge.

Sebastian Vettel (Ferrari) au Grand Prix de Chine 2018
0
0