Avec un optimisme raisonné, le GIP Grand Prix de France - Le Castellet s'est à nouveau tourné vers l'avenir en ouvrant la billetterie de la manche française du Championnat du monde de Formule 1 2021, mercredi dernier. Le 27 avril dernier, le Groupement d'intérêt public avait été contraint de renoncer à organiser le Grand Prix de France prévu le 28 juin, en raison de la menace sanitaire liée à la pandémie de coronavirus.
Pour revoir de la Formule 1 sur le plateau varois, il faudra donc se rendre au circuit Paul-Ricard les 25, 26 et 27 juin puisque le 96e Grand Prix de France du nom sera la 9e des 23 manches inscrites au calendrier 2021. Mais pas seulement : quinze jours plus tôt, les passionnés de moteurs pourront se bercer dans la nostalgie du Grand Prix de France Historique, qui réunira un plateau vintage pour le moins fourni.
Ce GPFH sera une nouveauté très attendue. "Le plateau du Grand Prix de France Historique sera exceptionnel avec des monoplaces de Formule 1 des années 50 aux années 2000, grâce à notre partenaire HVM et la FFSA. Nous aurons plus de 200 voitures et les fans auront une expérience au contact de la F1 historiques", précise Eric Boullier, directeur du GIP Grand Prix de France - Le Castellet.
Grand Prix de France
Le Castellet prêt à accueillir 15.000 spectateurs par jour en 2021
01/12/2020 À 09:00
Outre la Formule 1, le programme sportif sera complété par la Formule 3 et le championnat féminin W Series, dont ce sera la manche d'ouverture, et une autre compétition support qui sera annoncée ultérieurement.

Un modèle économique qui tient

Néanmoins, le circuit ne pourra accueillir qu'un total de 15.000 spectateurs par jour pour chacun de ces événements, la réalité sanitaire incitant plus que jamais à la précaution. Néanmoins, le prochain lancement de la vaccination contre le coronavirus en France permettra de desserrer cette jauge d'ici l'été 2021. On se souvient qu'en 2018, 60.000 personnes avaient assisté à la course de F1.
https://i.eurosport.com/2020/04/27/2811375.jpg
D'ici là, prudence. "Malgré toutes les bonnes nouvelles que l'on peut entendre, les conditions sanitaires ne garantissent pas actuellement un modèle avec une jaune pleine, nous a précisé Eric Boullier. Nous avons discuté avec les autorités, et nous nous sommes mis d'accord pour démarrer sur une jaune évolutive de 15.000 places, en trois bulles de 5000 personnes : une au niveau de la tribune dans la grande ligne droite et du virage du pont, une deuxième à la chicane et une troisième à Saint-Beaume."
Et pour ce qui est du modèle économique avec cette jauge initiale de 15.000 personnes, "il n'est pas tendu", assure Eric Boullier. "Nous nous préparons à affronter un modèle différent. A partir du moment où les conditions sanitaires évoluerons, nous pourrons ouvrir la jauge."

Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix de France 2019

Crédit: Getty Images

Le bon timing de la "Summer race"

A l'instar de l'ancien directeur d'équipe de Lotus et directeur de la Compétition chez McLaren en Formule 1, Stéphane Clair se réjouit de pouvoir reparler d'avenir, avec lui aussi la conviction que les choses n'iront qu'en s'améliorant avec la campagne de vaccination. "Le lancement de la billetterie est le signal que l'année 2021 démarre et qu'on va oublier l'année catastrophique vécue en 2020, confirme le directeur du circuit Paul-Ricard. Tout ça ne veut pas dire que tout sera facile et simple, en revanche ça signifie qu'on se projette et c'est enthousiasmant pour tout le monde. Et les signaux donnés laissent penser que le printemps est la bonne période pour que la vie normale puisse reprendre, et nous sommes ravis d'avoir un Grand Prix bien situé en termes de calendrier."
Dans son communiqué annonçant la mise en vente des billets de la "Summer race", le GIP avait rappelé que Le Castellet est en quelque sorte la "maison" du Grand Prix de France moderne, et qu'il été la "maison" du Grand Prix de France historique avant cela. Créé en 1970, le Paul-Ricard avait accueilli son premier Grand Prix de France en 1971. En 2021, il s'agira des 50 ans de la première édition, et de la 17e labélisée Grand Prix dans le Var. A l'issue de l'actuel contrat, qui arrivera à échéance en 2022, il comptera autant d'éditions que Magny-Cours, hôte de l'épreuve 18 fois, de 1991 à 2008.
"Nous n'avons pas pu fêter les cinquante ans du Grand Prix cette année, et ces Grands Prix, moderne et historique, sont une formidable opportunité de faire cela en 2021", conclut Stéphane Clair.
Grand Prix de France
Leclerc et Vettel écoeurés par les Mercedes
23/06/2019 À 21:06
Grand Prix de France
Bonus-malus : Hamilton solitaire, Norris mal payé, Ricciardo sanctionné
23/06/2019 À 20:03