Le directeur du circuit anglais de Silverstone, Stuart Pringle, reste "confiant" sur la tenue des deux Grands-Prix de Formule 1 cet été, malgré la quatorzaine pour les personnes arrivant au Royaume-Uni à partir du 8 juin annoncée vendredi par le gouvernement. "Je peux vous affirmer que l'importance de cette discipline est comprise par le gouvernement. Je reste très optimiste sur le fait que nous trouverons une solution", a déclaré Stuart Pringle à Sky Sports.

Le gouvernement britannique avait annoncé un peu plus tôt que tout voyageur arrivant au Royaume-Uni à partir du 8 juin se verra imposer 14 jours d'isolement volontaire afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus. Des exceptions sont prévues pour les transporteurs routiers et des personnels médicaux, ainsi que pour les Irlandais, mais pas pour la Formule 1, pour le moment.

Saison 2020
Silverstone en sens inverse ? "Ça paraît fou" mais pas impossible
03/05/2020 À 21:41

Valtteri Bottas (r.) vor Lewis Hamilton (Mitte) und Charles Leclerc (l.) beim Großen Preis von Großbritannien 2019. Das geplante Rennen für 2020 musste erstmal verschoben werden

Crédit: Getty Images

Deux courses à Spielberg, deux courses à Silverstone

La F1 espère lancer sa saison le 5 juillet par un Grand Prix en Autriche à huis-clos et un second le dimanche suivant sur le même circuit de Spielberg, également à huis clos, avant deux courses, toujours sans public, à Silverstone. Mais un porte-parole de Formula One avait indiqué mardi à l'AFP qu'une "quarantaine de 14 jours rendrait impossible l'organisation d'un Grand Prix de Grande-Bretagne cette année".

M. Pringle espère toutefois encore convaincre le gouvernement que les mesures prises par la Formule 1 pour limiter les risques sont suffisantes. "Je reste optimiste sur le fait qu'une solution sensée et pragmatique, qui imposera légitimement au sport de trouver les bonnes modalités, sera trouvée", a plaidé le dirigeant. Il s'est même dit "sûr à 100%" que les mesures déjà mises en place par la F1 suffiront à convaincre le gouvernement d'accorder une dispense de quarantaine. "Nous voyagerions vers la Grande-Bretagne sur des avions dans lesquels il n'y aurait que du personnel de la F1 et tout le monde serait testé, ce qui rend une quarantaine totalement inutile", avait estimé mardi le porte-parole de la F1.

La F1 des années 50 : Silverstone, base de la Royal Air Force devenue terrain de jeu d'après-guerre

Grand Prix de Grande-Bretagne
"Red Bull est un endroit où il ne fait pas bon être en faiblesse"
06/08/2020 À 10:48
Grand Prix de Grande-Bretagne
"Ce fameux point du meilleur tour ne produit ni spectacle ni dépassement"
04/08/2020 À 19:40