Ce n'est pas une pole position, mais cela en a le goût. Une saveur particulière même, qu'il avait oubliée depuis plus longtemps que l'on croit. Pas seulement depuis les cinq Grands Prix que Charles Leclerc (Ferrari) et Max Verstappen (Red Bull) l'en avaient privé. Mais depuis tout ce temps où il n'avait pas ressenti une foule le porter à ce point, jusqu'à l'improbable exploit. Vendredi, dans son jardin anglais, Lewis Hamilton s'est retrouvé en communion avec son public le temps d'une qualification hors du temps, au verdict aussi assommant que le "Hammer time" que ses fans appellent de leurs vœux quand il sentent que le moment est crucial pour leur champion.
Le film de la qualification
Red Bull et l'apport de Pérez, Russell plutôt que Bottas, les courses "sprint" : écoutez Les Fous du volant avec Jean-Eric Vergne
Grand Prix du Canada
Bonus-malus : Verstappen trop fort, Sainz trop tendre, Alonso capricieux
20/06/2022 À 01:09
En tournant autour de Silverstone en 1'26"134, en entendant dans la dernière partie de la séance de qualification la clameur libératrice de cette foule venue pour lui, même si on n'avait jamais vu autant de casquettes oranges pour Max Verstappen à Silverstone, le septuple champion du monde a compris qu'il venait de mettre en échec son rival néerlandais au moment où plus personne ne savait comment cela pourrait être possible. A part lui et son clan à l'Etoile aux trois branches.

"Je me suis dit : 'Je ne vais pas rester sans rien faire'"

Encore en pleine stupéfaction, le pilote est sorti de sa Mercedes frappée du n°44 pour s'approcher des gens heureux, pour les remercier avec force gestes. Et un sourire qu'il avait rarement arboré. Même si ce meilleur temps en qualification était une promesse plus tenue que jamais. Le droit seulement de s'élancer de la première course sprint de qualification en Formule 1, samedi. Pour espérer y briller et garder pour de bon le titre de poleman après les 17 tours qu'elle comptera.
Roi de l'intox, Hamilton renverse Verstappen lors de la qualification
Et d'expliquer la genèse de ce premier chrono qui fut heureusement le bon pour lui. Car sa seconde tentative en Q3 fut parfaite jusqu'à l'avant dernier virage. Ce dont Max Verstappen a failli profiter en se rapprochant au dernier moment à 0"075.
"J'étais à l'usine mardi, et ce matin nous avions quartier libre, et je me suis dit : 'Je ne vais pas rester sans rien faire, à perdre du temps', a commencé par raconter Lewis Hamilton à David Coulthard, 13 fois vainqueur en Grand Prix et vice-champion du monde en 1998. Nous avons donc fait une session au simulateur. Pour essayer de développer la voiture, nous chassons chaque once de performance de ce truc."

"Je ne sais pas ce qu'ils faisaient"

Et de passer en mode "émotion"… "Je suis aux anges ! Ça fait si longtemps que je n'avais pas pu m'en approcher, a-t-il avoué. C'est incroyablement spécial. Le faire dans notre propre jardin, il n'y a pas meilleure sensation. Ce n'est qu'un premier aperçu, car la course de samedi va être incroyablement éprouvante."
Si ce chrono a suffi, c'est peut-être aussi parce que Red Bull est étrangement en retrait. Avec d'un côté Max Verstappen, dominateur en essais libres 1 et soudain atone dans le money time, et Sergio Pérez, l'autre pilote Red Bull qui aurait pu changer le cours des choses en donnant l'aspiration à son leader, comme Valtteri Bottas a su le faire chez Mercedes.
https://i.eurosport.com/2021/07/16/3174823.jpg
"Je ne sais pas ce qu'ils faisaient, Ils étaient rapides en essais libres, a avoué l'homme aux cent pole positions. Nous sommes simplement restés focalisés sur notre travail. J'étais dans le simulateur ce matin pour l'utiliser comme une séance d'essais. A enquiller les temps, en ne laissant rien au hasard. Le premier tour a été super, le second paraissait meilleur mais j'ai perdu l'arrière dans la dernier virage. Mon cœur a cessé de battre quand j'ai franchi la ligne d'arrivée. Vu la foule, je n'y serais pas parvenu sans elle."
A l'heure d'aborder Silverstone et le Hungaroring, deux circuits fructueux pour lui (7 et 8 victoires), et fondamentaux pour récupérer tout ou partie des 32 points de retard qu'il compte au championnat du monde, Lewis Hamilton a appelé ses supporters à continuer un rôle essentiel pour lui. "Ça nous a manqué l'année entière, a-t-il dit. Je suis si heureux de voir chacun d'eux ici. Quand on vient à Silverstone, rempli de toute cette foule, on sent l'énergie. Tout ça, c'est grâce aux fans." Premier élément de réponse samedi, au départ de la course sprint à 16h30 locales, 17h30 françaises.