Getty Images

Verstappen : "Il était presque impossible de suivre son rythme"

Verstappen : "Il était presque impossible de suivre son rythme"

Le 04/08/2019 à 21:09Mis à jour Le 04/08/2019 à 21:27

GRAND PRIX DE HONGRIE - Max Verstappen (Red Bull) a raconté comment il s'est fait piéger par Lewis Hamilton (Mercedes), dimanche sur le Hungaroring. A cause d'une position de leader qui ne lui permettait pas de réagir.

Max Verstappen a sans mal reconnu sa défaite, dimanche au Hungaroring. Parti de la pole, le Néerlandais a longtemps cru sa position de leader le mettrait jusqu'au bout à l'abri des attaques de Lewis Hamilton (Mercedes). Il a d'ailleurs survécu à l'une d'elles, au 39e des 70 tours du Grand Prix de Hongrie, avant de voir le Britannique lui fondre irrésistiblement dessus suite à un second pitstop qui lui avait servi à chausser des "medium" autrement plus avantageux que ses "dur".

"La seule option pour moi était de rester en piste"

En fait, le Néerlandais a réalisé que l'écurie allemande venait de lui tendre un piège au moment où le quintuple champion du monde est rentré au stand une seconde fois, au 49e tour. A cet instant, il possédait tout juste 20 secondes d'avance sur son adversaire, soit le délai exact d'un pit stop. A cet instant, il était déjà trop tard car le tour nécessaire pour rejoindre son stand lui aurait faire perdre une seconde en gommes "dur" usées par rapport à la Mercedes en "medium" neufs plus performants.

"La seule option pour moi était de rester en piste, a confirmé le Batave. A un moment, je n'avais plus de pneus. Il était presque impossible de suivre son rythme. Je le voyais venir, donc le voir me dépasser n'a pas été une énorme déception. C'était normal que ça arrive. Il faut être réaliste."

Départ du Grand Prix de Hongrie 2019

Bottas dans le viseur

"J'avais aussi un peu moins d'adhérence que lui, a-t-il reconnu. Il parvenait à me maintenir sous pression. Quand on est deuxième, on peut faire un pari et on s'arrête deux fois. Au pire on reste deuxième, au mieux on passe devant. Moi, je ne pouvais que réagir. S'il ne s'était arrêté qu'une fois, j'aurais pu le garder derrière je crois, mais ça n'est pas ce qu'il s'est passé."

Battu pour battu, les Ferrari à pratiquement une minute, Verstappen est finalement rentré pour chasser le meilleur tour en course en "tendre". Ce qui lui a valu un troisième point de bonus après ceux de Spielberg et d'Hockenheim. "Je prends quand même le point du meilleur tour. J'espère qu'il comptera à la fin", a-t-il dit.

Numéro 3 mondial avec 181 points, il n'est effectivement qu'à sept longueurs de Valtteri Bottas. Et la deuxième place au championnat est clairement dans ses cordes.

0
0