En Formule 1, la force de l'habitude ne compte pas. La Mercedes est descendue de son piédestal après sept saisons de règne sans partage, au cours d'une saison 2021 définie comme une transition vers la révolution de l'effet de sol en 2022. Chaque équipe a recyclé sa monoplace de 2020, pour accompagner un règlement seulement modifié à la marge. Suffisamment, quand même, pour dérouter l'équipe de Toto Wolff. Car les 10% d'appui disparus dans la découpe réglementaire du fond plat à l'arrière ont suffi à déstabiliser la W12, descendante de l'implacable W11.
Suivez les Jeux Olympiques de Tokyo en intégralité en vous abonnant à Eurosport
Cette année, tout a été remis en cause, et si Lewis Hamilton a gagné à Silverstone il y a quinze jours, pour la huitième fois depuis 2008, cela n'est arrivé que par un concours de circonstances. Ce week-end, le Britannique pilotera au Hungaroring, où il a triomphé autant que sur le tracé du Northamptonshire, mais il est urgent de ne rien en conclure, à entendre un membre éminent de son équipe. Qui considère que la Red Bull aura tout pour y reprendre sa domination sur ce tracé foncièrement différent de l'antre anglais.
Grand Prix de Hongrie
Aston Martin a encore tenté, Vettel reste disqualifié
09/08/2021 À 20:16
https://i.eurosport.com/2021/07/18/3175816.jpg

"Nous ne baissons jamais les bras"

"Silverstone est l'une de nos pistes préférées, ce serait donc naïf de notre part de penser qu'il suffit d'y aller pour espérer y être compétitif", a prévenu Andrew Shovlin, directeur de l'Ingénierie de piste de l'écurie basée à Brackley. "La Red Bull va être bonne sur tout circuit à fort appui aérodynamique. Franchement, ils sont bons sur n'importe quel circuit en ce moment, et ils ressortent de ce Grand Prix de Grande-Bretagne un peu meurtris, je suis donc sûr qu'ils vont rebondir."
Cependant, Mercedes ne partira pas battu. "Nous ne baissons jamais les bras", avait lancé Toto Wolff à Lewis Hamilton dans le tour d'honneur du septuple champion du monde à Silverstone. "Tu as sacrément raison !", lui avait répondu son pilote. Lors des treize Grands Prix restant au calendrier 2021, Andrew Shovlin sera comme ses coéquipiers animé de la même détermination à optimiser les réglages de la W12. Une démarche qui paiera certainement plus qu'apporter coûte que coûte des nouvelles pièces sur la monoplace, au risque de s'y perdre.
https://i.eurosport.com/2021/07/18/3175540.jpg

"Un objectif ambitieux"

"Nous approchons de la mi-championnat, les écarts sont minimes (8 points de retard pour Hamilton sur Verstappen et 4 pour Mercedes sur Red Bull) et nous allons jeter toutes nos forces dans la bataille pour les combler." Mieux, le technicien anglais annonce que son équipe visera la tête. "Si nous pouvions arriver devant à la pause estivale, ce serait fantastique, dit-il. Et c'est d'ailleurs probablement notre objectif."
"C'est un objectif ambitieux, mais nous avons montré à Silverstone que tout est possible, ajoute-t-il. Il faut y retourner pour essayer de faire mieux, essayer de s'améliorer."
Mercedes a gagné deux fois cette saison, à Sakhir et à Silverstone, sans avoir la meilleure voiture, ni signé le plus de pole positions (5-2 en faveur de Verstappen contre Hamilton), ni de victoires (8-3 pour Red Bull), ou mené le plus de tours en course (436-144 pour Red Bull). Plus que jamais, l'équipe allemande sait que sa capacité à soigner les réglages de sa W12 dans les moindres détails lui permettra de mettre en échec la RB16B, qui restera probablement la machine la plus complète du plateau jusqu'à la fin de la saison.
Grand Prix de Hongrie
Aston Martin conteste la disqualification de Vettel en Hongrie
05/08/2021 À 19:23
Grand Prix de Hongrie
Russell va rouler pour Mercedes pour des tests pneus 2022
02/08/2021 À 17:41