Panoramic

GP de Monaco 2013 : Mercedes a de la marge

Mercedes a de la marge
Par Eurosport

Le 24/05/2013 à 22:13Mis à jour Le 25/05/2013 à 13:16

Nico Rosberg et Lewis Hamilton (Mercedes) seront les favoris dans la course à la pole position, samedi en Principauté. Mais s'ils disposent d'un avantage en pneus "super tendre", ils n'ont pas le meilleur rythme en "tendre".

Mercedes devrait réussir quatre pole positions de suite pour la première fois de son histoire, samedi au Grand Prix de Monaco. Après les GP de Chine, de Bahreïn et d'Espagne, Lewis Hamilton et Nico Rosberg devraient encore se disputer la position de pointe lors de la sixième séance de qualification de la saison.

A Montmelo, il y a deux semaines, le Britannique avait dominé la Q1 et la Q2 et l'Allemand avait eu le dernier mot en Q3. Jeudi, le fils de Keke, champion du monde 1982 et vainqueur en Principauté en 1983, a montré qu'en dépit du changement de décor, il avait encore la main. En passant du circuit catalan terriblement abrasif au tracé monégasque réputé doux pour les enveloppes, le francophone a fait la meilleure utilisation des Pirelli "super tendre" sur un tour, jeudi lors des essais libres 2. Evalué en 1'14"789, il a surtout signé son temps dès son premier tour lancé, tout comme son coéquipier, qui lui a cédé 0"318 en expliquant ne pas être satisfait ni de l'équilibre de sa monoplace ni de son pilotage.

Ferrari chauffe moins vite ses gommes

Un cran en dessous les Flèches d'argent, Fernando Alonso (Ferrari) a saturé à 0"437, et a ensuite attaqué un long run pour simuler son premier relais de course. Le fait qu'il n'ait pas non plus jugé utile d'en rajouter montre qu'il envisage un seul chrono par set en Q3, pour en préserver le potentiel au départ. Néanmoins, Felipe Massa, quatrième, a montré que les F138 chauffaient moins vite les gommes que la W04. D'abord chronométré en 1'15"647, il a poursuivi sur un second tour bouclé en 1’15"278. Même constat chez Lotus, où le différentiel a été plus spectaculaire encore du côté de Kimi Räikkönen : évalué en 1'16"066 lors de sa première tentative, le Finlandais a ensuite été enregistré en 1'15"511.

Chez Mercedes, on semble encore parti pour tout miser sur la performance sur un tour, en "super tendre", car les temps réalisés en "tendre" ont une fois de plus replacé la W04 derrière la Ferrari et la Lotus. Sur le premier jet, jeudi, Alonso a signé 1'15"519, Grosjean 1'15"718, Rosberg 1'15"843 et Hamilton 1'15"872. En échangeant leurs "super tendre" contre des "tendre", les voitures grises sont donc passées d'une avance de 0"3 sur Alonso à un retard du même ordre. Ross Brawn s'est déclaré satisfait des progrès à propos de la tenue des pneus. Nico Rosberg a manifesté mieux fait durer ses "super tendre" sur une vingtaine de tours, en tournant comme une horloge dans les 1'20"5, soit dans la même gamme qu'Alonso. En revanche, Hamilton a commencé son relais sur la même base de 1'20"5 avant de lâcher 1"2 pendant huit tours, pour ensuite revenir en 1'20"5. L'explication la plus plausible est qu'il a dû faire redescendre la température de ses pneus arrière pour s'assurer d'aller au terme des vingt tours. Mercedes et le gros du peloton semblent s'orienter dimanche vers un relais d'ouverture en "super tendre" de 20 boucles, puis deux en "tendre", et seuls peut-être Lotus, Force India et Alonso pourraient se contenter d'une halte.

Samedi matin, on scrutera avec intérêt le relais-test en "tendre" de la Ferrari et de la Lotus, sachant que la Mercedes ne devrait pas pouvoir tenir la comparaison. On en saura aussi peut-être un peu plus sur les Red Bull. Distancés sur un tour de qualif, Sebastian Vettel et Mark Webber ne paraissent cependant pas en mesure de se contenter d'un arrêt.

0
0