Getty Images

À vouloir punir Vettel, Ferrari a offert le doublé à Mercedes sur un plateau

À vouloir punir Vettel, Ferrari a offert le doublé à Mercedes sur un plateau

Le 29/09/2019 à 14:50Mis à jour Le 29/09/2019 à 17:17

GRAND PRIX DE RUSSIE - Gros raté tactique de Ferrari à Sotchi ce dimanche. A trop vouloir punir un Sebastian Vettel irréprochable, la Scuderia a tout perdu, permettant à Mercedes de faire le doublé. Lewis Hamilton signe ainsi sa 82e victoire en carrière et s'envole un peu plus en tête du classement général. Valtteri Bottas et Charles Leclerc complètent le podium.

Ferrari avait offert un undercut gagnant à Sebastian Vettel à Singapour. La Scuderia avait encore manifestement un plan pour arbitrer le duel entre sa nouvelle star Charles Leclerc et son taulier allemand, dimanche à Sotchi. Celui-ci a explosé en plein vol…

Charles Leclerc était en pole position pour la quatrième fois de suite, et son coéquipier troisième. Avec l'opportunité pour le quadruple champion du monde de passer Lewis Hamilton (Mercedes), qualifié deuxième. Au départ, tout s'est passé pour le mieux : Vettel avec son énorme Vmax s'est vite débarrassé du Britannique pour prendre l'aspiration du Monégasque, et le passer au premier freinage.

Résultats du Grand Prix de Russie 2019

Le plan de la Scuderia s'est retourné contre elle

De toute évidence, il était convenu chez Ferrari que Charles Leclerc avait accepté d'offrir son sillage à Sebastian Vettel pour assurer les positions 1 et 2 en préambule à un nouveau doublé. Car très vite, le natif de Monte-Carlo s'est plaint à la radio d'avoir rempli sa mission et de rouler en deuxième position. "C'est vous qui m'avez mis dans cette situation-là, je respecte toutes les consignes, on en discutera après", a-t-il protesté.

Vettel en tête, ça n'était pas prévu, et Ferrari lui a alors donné l'ordre de se laisser dépasser dès le 2e tour. Ce qu'il a refusé. Le directeur sportif de la Scuderia a alors prévenu Leclerc que l'inversion des positions serait opérée lors des arrêts au stand, via un undercut. Un véritable plan punitif exécuté comme prévu : Leclerc était devant lorsque Vettel est ressorti des stands après plusieurs tours de trop en piste. Puis, coup de théâtre, le pilote de la n°5 a reçu l'ordre de ranger sa voiture et d'abandonner…

L'incident a alors motivé une intervention de la voiture de sécurité, qui a entièrement profité à Lewis Hamilton, propulsé leader après un arrêt express. Le Britannique en pneus "tendre" neufs, la Scuderia a alors refait passer Leclerc au stand pour échanger ses "medium" entamés contre des "tendre", persuadée qu'il viendrait à bout de Bottas. Cela n'est pas arrivé : jamais le pilote de la n°16 n'a été en mesure de porter une attaque. Lewis Hamilton et Valtteri Bottas ont ainsi filé vers le 8e doublé saisonnier des Gris.

Sainz, meilleur des "autres"

A l'issue de cette course rythmée par trop de consignes, de communication radio inutiles au show, Max Verstappen (Red Bull) a fini quatrième à 14 secondes et son coéquipier, Alexander Albon, cinquième à 38 secondes.

Comme aux essais, Carlos Sainz (McLaren) a été le "meilleur des autres", excellent sixième devant Sergio Pérez (Racing Point), son coéquipier Lando Norris, Kevin Magnussen (Haas) et Nico Hülkenberg (Renault). Pierre Gasly (Toro Rosso) quatorzième, les satisfactions n'ont pas été énormes du côté français car Daniel Ricciardo a de suite abandonné à bord de l'autre Renault, harponné par Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo) en même temps que Romain Grosjean (Haas).

Vidéo - Le Top 6 des consignes d'équipe polémiques, scandaleuses, honteuses

01:47
0
0