Panoramic

Jules Bianchi (Marussia) : "Nous étions plus proches de Maldonado et de Sutil"

Bianchi, 16e : "Nous étions plus proches de Maldonado et de Sutil"

Le 22/09/2014 à 09:59Mis à jour Le 22/09/2014 à 11:34

Dix-neuvième au départ, seizième à l'arrivée, Jules Bianchi (Marussia) souligne que l'intervention de la voiture de sécurité a ruiné sa course.

Dix-neuvième au départ, seizième à l'arrivée après avoir bénéficié des abandons de Nico Rosberg (Mercedes), Esteban Gutiérrez, Adrian Sutil (Sauber) et Jenson Button (McLaren), Jules Bianchi (Marussia) a jugé que la neutralisation du Grand Prix de Singapour, du 29e au 37e tours, avait compris son résultat.

"Cela n'a pas été l'une des journées les plus faciles pour nous mais il y a quelques points positifs à retenir", a dit le Niçois. "Nous étions plus proches de la Lotus de Maldonado ainsi que de la Sauber de Sutil et au moins nous étions de retour à une configuration typique sur ce genre de tracés. C'est décevant de ne pas avoir été en mesure de dépasser Ericsson en raison de problèmes de freins. Cela a été une course très exigeante avec les nombreux paramètres à gérer, en particulier les freins. La sortie de la voiture de sécurité après l'accident de Pérez a ramené le peloton derrière nous et donc notre avantage était perdu, surtout que je souffrais avec mes pneus tendres".

"Ce Grand Prix montre encore l'une de nos faiblesses : il nous manque encore de la vitesse en ligne droite et on ne pouvait faire la différence avec la Caterham", a-t-il précisé, à F1i.

Jules Bianchi (Marussia) au Grand Prix de Singapour 2014

Jules Bianchi (Marussia) au Grand Prix de Singapour 2014Panoramic

0
0