Au-delà de l'émotion, de la satisfaction d'avoir atteint le Graal avec un septième titre mondial, doublé d'une victoire au terme d'une course disputée dans des conditions de piste précaires, très éprouvantes, dimanche à l'Istanbul Park, Lewis Hamilton s'est exprimé sur la grande question de cette fin de saison : son nouveau contrat avec Mercedes, à compter de 2021.

Le film de la course

Grand Prix de Turquie
Hamilton : "Bien au-delà de tous mes rêves"
15/11/2020 À 13:11

En conversation avec l'ancien pilote de Formule 1 Mark Webber, double vainqueur du Grand Prix de Monaco, sur Sky Sports, le Britannique de 35 ans a été plus clair qu'il y a deux semaines. Après le Grand Prix d'Emilie-Romagne à Imola, il avait laissé planer le douter d'une possible retraite. Qu'il a balayé d'un revers de la main.

"C'est comme si je ne faisais que débuter, a-t-il confié. Je me sens physiquement en grande forme. Cette année a été un défi et je ne savais pas comment l'affronter, mais avec l'aide de gens autour de moi, je suis parvenu à garder la tête hors de l'eau et rester concentré."

Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix de Turquie 2020

Crédit: Getty Images

Un rôle au-delà du sport

"J'espère vraiment une meilleure année l'année prochaine et j'adorerais rester, a-t-il poursuivi. Je sens que nous avons un travail à accomplir ici, nous commençons juste à en tirer les bénéfices. Je veux aider la Formule 1, je veux aider Mercedes dans cette aventure. Il y a des moments dans la vie où on peut se dire : signons vite pour garantir notre futur mais, moi, je parie sur moi-même. Je fais le job, je me connais mieux que personne et je sais ce dont je suis capable et comment le faire. Mieux que jamais. Je voulais attendre que le boulot soit fait. On va probablement s'y mettre dans les semaines qui viennent. On aura le temps pendant les trois semaines de courses qui viennent au Moyen-Orient."

Après Imola, son patron, Toto Wolff, avait estimé que son champion avait parlé sous le coup de la fatigue, en cette saison de 17 Grands Prix étalés sur moins de six mois. Et qu'il attendrait le septième sacre de l'Anglais pour discuter des termes du prochain contrat. Idéalement de trois ans pour LH44. Assorti d'engagements plus forts pour les causes civiques, sociales, universelles chères au pilote et à la marque allemande : le respect des personnes, la diversité, l'égalité des chances, la justice, entre autres.

C'est de tout cela dont il s'agit, au-delà du sport. La Formule 1 l'a accompagné dans cette quête cette saison, et Lewis Hamilton ne veut pas en rester là.

Grand Prix de Turquie
"Dynamique interrompue pour Renault : l'histoire aurait peut-être été différente avec Alonso"
19/11/2020 À 23:51
Grand Prix de Turquie
Stroll leader fourvoyé, Pérez deuxième mais bientôt remercié : Racing Point, un podium pas si rose
17/11/2020 À 17:07