A chaque week-end de course désormais son lot de pilotes pénalisés pour un changement de moteur. Alors qu'il ne reste que six Grands Prix à disputer, les équipes se retrouvent les unes après les autres confrontées à divers questions autour de leurs groupes propulseurs, manifestement en nombre insuffisant pour tenir la cadence imposée.
Cette saison, la fédération internationale de l'Automobile a fixé à trois le quota de blocs pour l'ensemble des 21 Grands Prix, sans doute un de moins que ce qu'il serait souhaitable, pour permettre aux équipes de rouler mais aussi progresser sereinement.
En effet, plusieurs pilotes ont dû accepter l'installation d'un quatrième moteur synonyme de pénalités cette année en raison d'incidents : par exemple Max Verstappen (Red Bull) suite à son crash à Silverstone et Lewis Hamilton (Mercedes), victime d'une casse lors des essais à Zandvoort. Dans un autre registre, Ferrari avait choisi à Sotchi de mettre en service un nouveau bloc hors quota pour Chalres Leclerc et à Istanbul pour Carlos Sainz. Des changements programmés par Maranello destinés à tester en grandeur nature des éléments modifiés (récupérateur d'énergie en l'occurence) du moteur de 2022.
Grand Prix des Etats-Unis
Quand la F1 se cherche : 7 ans d'expérimentations hasardeuses et de bides
21/10/2021 À 22:26
https://i.eurosport.com/2021/10/22/3241352.jpg

Une investigation qui doit profiter à Lewis Hamilton

Et puis, l'autre sujet épineux est la question de la fiabilité. Elle s'est posée spécialement chez Mercedes, qui avait intégré un quatrième V6 dans la machine n°77 de Vallteri Bottas à Monza, un cinquième à Sotchi, avant d'en mettre un sixième ce vendredi à Austin. Ce qui vaudra au Finlandais un recul de cinq places sur la grille du Grand Prix des Etats-Unis d'Amérique, dimanche. De toute évidence, les équipes de Toto Wolff ne sont toujours pas parvenues à trouver l'origine de certains bruits émis par le V6 fabriqué en Angleterre à Brixworth, et le meilleur moyen d'y arriver est de récupérer le moteur pour l'ouvrir et l'analyser. Ce qui, du fait du règlement, le rend impossible à réutiliser lors d'un week-end de course.
Et c'est aussi le meilleur moyen de tenter de comprendre ce qui se passe pour éviter une casse sur la voiture de Lewis Hamilton alors que tout abandon risque de sonner le glas de ses espoirs d'être titré face à Max Verstappen (Red Bull). Et le fait que Sebastian Vettel (Aston Martin) et George Russell (Williams) ont aussi changé de moteur, un Mercedes, vendredi à Austin, n'est peut-être pas qu'un hasard. "Nous ne comprenons pas entièrement les problèmes, mais nous sommes déjà un peu plus proches de la solution. Je ne peux pas dire ce que c'est mais c'est une inquiétude", a déclaré Toto Wolff, le directeur d'équipe de Mercedes, dans le paddock texan. Qui a précisé qu'un nouveau changement de moteur avec pénalité pour Lewis Hamilton n'était pas exclu.
Grand Prix des Etats-Unis
Verstappen préféré des fans, Hamilton déclassé, hype Norris : le sondage-choc expliqué
26/10/2021 À 17:16
Grand Prix des Etats-Unis
"Hamilton est capable de douter" face à la victoire
26/10/2021 À 17:12