Getty Images

Lewis Hamilton (Mercedes) : "Il fallait être à 100%, pas à 99"

Hamilton : "Il fallait être à 100%, pas à 99"

Le 10/11/2018 à 23:37Mis à jour Le 10/11/2018 à 23:56

GRAND PRIX DU BRESIL - Lewis Hamilton (Mercedes) a enlevé la pole position pour 0"093 face à Sebastian Vettel (Ferrari), samedi à Sao Paulo. Et la suite s'annonce intéressante, vu les stratégies adoptées par Gris et Rouges...

Interlagos, c'est une histoire compliquée pour Lewis Hamilton. Mais cette fois, le Britannique en a évité les écueils pour signer sa 82e pole position en carrière, évitant au passage d'avoir à s'expliquer chez les commissaires de piste sur sa mésentente avec Sergey Sirotkin (Williams) qui aurait pu avoir de sérieuses conséquences en début de Q2.

Dimanche, il partira de la pole position pour la troisième fois sur le circuit Carlos Pace, et il y visera une deuxième victoire, après celle de 2016.

Parfait lors des trois parties de qualification, il a aussi bouclé une année de sans faute, puisque sa dernière grosse erreur remontait à la Q1 du Grand Prix du Brésil 2017.

Au bout du compte, il aura signé deux fois la pole position. En 1'07"301 lors de son premier run, en 1'07"281 lors de son second. Un effort nécessaire pour écarter finalement Sebastian Vettel (Ferrari) de 0"093.

"La piste était bien, le grip sensationnel"

"C'était si serré, il fallait être à 100%, pas à 99, a déclaré le Britannique, auteur de la 100e pole position pour Mercedes depuis la première de Juan Manuel Fangio au Grand Prix de France 1954. J'étais très content de mon tour et je pense que nous avons fait du super boulot collectivement."

"J'étais très content de mon premier tour, j'ai immédiatement senti que c'était bien parti, a-t-il détaillé. La pluie apparaissait un peu partout, et c'était difficile de savoir si ça allait glisser dans le virage suivant. C'était vraiment piégeur."

"La piste était bien, le grip sensationnel, meilleur que jamais. C'est un circuit fantastique. On n'en fait plus comme celui-là : il est vallonné, assez court, très technique et dans l'ensemble très complexe", a-t-il conclu.

En position de pointe à Sao Paulo en 2017, Valtteri Bottas a donc perdu deux places sur la grille de départ, parce qu'il lui a manqué 0"160. "Avec mon rythme ce weekend, je pensais viser la pole position. Finir troisième avec une Ferrari entre Lewis et moi est donc un peu décevant", a reconnu le Finlandais, toujours à la recherche de sa première victoire saisonnière.

Lewis Hamilton et Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix du Brésil 2018

"Chapeau à Ferrari"

"La pole était à ma portée : j'avais plus de 0"2 d'avance dans mon second run en Q3, mais j'ai perdu du temps dans le virage n°12 et j'étais la première voiture à remonter la dernière grande ligne droite. Je n'avais donc pas d'aspiration et je n'ai fait que perdre du temps."

"Le moment le plus tendu a certainement été le début de la Q2, lorsque nous avons dû trancher entre les 'tendre' et 'super tendre' ", a expliqué James Allison, le directeur technique. Au bout du compte, nous avons choisi la stratégie la plus sûre. Chapeau à Ferrari pour le coup qu'ils ont fait."

Effectivement, les Rouges ont choisi de qualifier leurs pilotes en "tendre" pour le départ, en décalage avec l'option "super tendre" des Gris, s'ouvrant la voie à un premier relais long potentiellement déterminant.

"La course va être un jeu diffèrent : Ferrari a fait le pari des 'tendre' en Q2 et ça a payé. Le premier relais va donc être intéressant", a résumé Toto Wolff, le directeur d'équipe.

0
0