Vettel a fait du Vettel. Il est parti en tête et a oublié le peloton. Dimanche à Montréal, il a gagné pour la 50e fois de sa carrière depuis sa première avec une Toro Rosso à moteur Ferrari, en 2008 à Monza. Il a surtout fait ce qu'il aime car pour la 32e fois il a transformé une pole position en victoire. C'est un marqueur de la performance chez lui : les essais sont le reflet de ses possibilités en course et il n'a d'ailleurs jamais gagné autrement qu'en partant du Top 3.
Leader de bout en bout, il roulait vers son neuvième Grand Chelem en carrière quand Max Verstappen (Red Bull) lui a subtilisé le meilleur tour. Pas de quoi pour autant lui gâcher le plaisir de cette victoire en rouge, quarante ans après celle de l'inoubliable Gilles Villeneuve, mythe parmi les mythes de la Scuderia.
https://i.eurosport.com/2018/06/09/2352173.jpg
Grand Prix du Canada
Leclerc encore dans les points : "Je ne pourrais pas être plus heureux"
11/06/2018 À 10:34

"C'est un jour pour se souvenir de Gilles Villeneuve"

"Parfait est probablement une bonne façon de décrire ça", a-t-il déclaré. "C'est incroyable. J'ai dit samedi tout ce que cette place signifiait pour Ferrari et faire une telle course est incroyable."
"Pendant le premier relais, j'ai essayé de prendre un peu d'avance", a-t-il poursuivi. "Un blocage de roue m'a fait perdre un peu de temps, mais hormis cela, je pense que j'ai bien géré, même si ça n'était pas facile avec le trafic, etc. A la fin, je priais juste pour que nous n'ayons pas de problème, ce qui peut toujours arriver, alors j'essayais de préserver un peu la voiture, de rester loin des murs."
"Ça fait 50 pour moi mais après une telle période sans victoire de Ferrari ici, j'ai regardé les gens et j'ai vu qu'ils étaient super contents", a-t-il ajouté, en référence au dernier succès d'un pilote en rouge, œuvre du "Baron rouge" Michael Schumacher en 2004.
"Faire gagner Ferrari sur le Circuit Gilles-Villeneuve me rend très fier et honoré. C'est un jour pour se souvenir de Gilles Villeneuve."

"Il reste un long chemin à faire"

De retour en tête du championnat du monde pour un point devant Lewis Hamilton (Mercedes) - une première pour lui depuis le Grand Prix de Chine - le quadruple champion du monde considère sa position comme agréable amsi anecdotique. Seul sept des 21 courses à l'agenda 2018 sont passées et lors du prochain rendez-vous, au Grand Prix de France le 24 juin au Castellet , Pirelli sortira de ses camions les mêmes gommes qui avaient causé tant de souci à Ferrari à Montmelo.
"Il reste un long chemin à faire, je ne suis donc pas trop préoccupé par ça. C'est le bon côté des choses", a-t-il dit.
Grand Prix du Canada
Pourquoi le drapeau à damier a-t-il été brandi trop tôt ?
11/06/2018 À 09:56
Grand Prix du Canada
Alonso est déjà passé à autre chose : "Cap sur Le Mans !"
11/06/2018 À 10:47