Getty Images

Hamilton avoue une faute "bête", Mercedes une surchauffe

Hamilton avoue une faute "bête", Mercedes une surchauffe

Le 08/06/2019 à 00:27Mis à jour Le 08/06/2019 à 00:37

GRAND PRIX DU CANADA - Lewis Hamilton a reconnu sa responsabilité dans l'accident qui a gâché quasiment toute sa séance de l'après-midi, vendredi à Montréal. Et Mercedes admis que la W10 faisait pour l'instant surchauffé ses gommes arrière.

Lewis Hamilton a commis peu d'erreurs jusque-là cette saison. Mais vendredi à Montréal, il a bien rectifié sa Mercedes contre un mur lors des essais libres 2 du Grand Prix du Canada, la 7e manche du Mondial. Avec pour conséquence huit tours couverts et aucune information sur le comportement des Pirelli "medium" ou "dur" sur long relais.

"J'ai fait une erreur et j'ai cassé la voiture, a reconnu le Britannique, le plus rapide le matin mais seulement sixième l'après-midi avec son chrono en "medium". Les gars ont tout fait pour réparer mais le temps a manqué. Je ne me rappelle pas la dernière fois que j'avais raté une session entière. Ce n'est vraiment pas génial de suivre la séance du garage. C'était une faute bête : je faisais des tours sur des pneus 'medium' et j'essayais de trouver la limite. De toute évidence je suis allé au-delà et j'ai eu un gros décrochage au virage n°9. J'ai glissé longtemps et j'espérais ne pas taper le mur. Mais ça arrive. Il faut juste mettre ça rapidement derrière soi et se remettre en selle. Heureusement Valtteri [Bottas] a bien roulé, nous donc avons des data à analyser."

Son équipe a indiqué qu'elle aura changé "toute la partie arrière par précaution", pour la reprise samedi. Sans que cela n'entraîne de pénalité.

Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix du Canada 2019

"Les pneus arrière chauffent beaucoup"

A 0"147 de son coéquipier lors des essais libres 1, Valtteri Bottas a plafonné à 0"134 de la Ferrari de Charles Leclerc à l'issue des essais libres 2. Au moins a-t-il bien fini la journée après avoir connu une alerte le matin en raison d'un problème de pression d'essence "qui n'était pas lié au nouveau moteur" mis en service, a insisté l'équipe.

"Cette piste est toujours très sale au début et offre du grip petit à petit, a expliqué le Finlandais. C'est ce que j'aime venant de ce circuit car c'est différent à chaque sortie. Il faut sans cesse le redécouvrir, l'appréhender, l'apprendre. La voiture était rapide mais il reste du travail sur l'équilibre. Elle est devenue plus difficile avec les changements opérés pour les essais libres 2, mais elle était un peu plus rapide. C'est sympa d'avoir un nouveau moteur avec un peu plus de puissance ; ce n'est pas une énorme différence mais on la sent. La voiture a l'air rapide sur relais court et long mais la Ferrari était très rapide en ligne droite."

"Nous avons passé les trois types de pneus et eu un aperçu des conditions de piste qui devraient être similaires à celles de la course en termes de température, a précisé James Allison, le directeur technique. Nous avons très clairement vu que les pneus arrière chauffent beaucoup mais nous avons l'espoir de pouvoir gérer ça sans que ça n'échappe à notre contrôle. Mais nous avons aussi vu qu'un seul tour fonctionne (en qualif) et ça va être une bonne vieille bagarre entre nous et Ferrari."

Vidéo - Mort de Paletti, bourde du siècle, "Mur des champions" : Les incroyables du GP du Canada

01:58