Jamais depuis sa retraite de la Formule 1, fin 2016, Nico Rosberg n'était monté au créneau à ce point pour juger un fait de course. Et dénoncer le comportement d'un ex-confrère.
"Il a traversé toute la piste et aurait pu facilement laisser de la place à Lewis. Il n'en a pas laissée, explique-t-il sur sa chaîne YouTube. Ce n'est pas une excuse valable de dire 'Mes pneus étaient sales, j'avais perdu le contrôle, où vouliez-vous que j'aille ? Et je ne voyais pas Lewis'. C'était une pénalité amplement méritée."
Grand Prix du Canada
Pénalité de Vettel à Montréal : la FIA rejette les arguments de Ferrari
21/06/2019 À 15:07
"C'est très très clair que, malheureusement, il a fait un retour imprudent en piste. C'est la règle : il faut revenir de façon sécure et c'est comme ça que ça marche. Dans ce cas, ça vaut une pénalité.
"C'est la faiblesse de Sebastian : il ne cesse de se plaindre à la radio, sur une décision qu'il ne peut influencer au lieu de se concentrer sur son pilotage pour creuser un écart de cinq secondes devant, poursuit l'Allemand de 34 ans. Juste se concentrer, abattre ces tours pour avoir une chance de gagner. Mais un bon égoïste, il pense tout le temps qu'il a raison. Il cherche toujours à blâmer d'autres personnes, et c'est dans ces moments qu'il perd sa concentration. Après la course, ces gestes et ces commentaires irrespectueux où Vettel a traité les commissaires d'aveugles, n'étaient pas nécessaires."
"Il a merdé. Il devrait voir qu'il est le seul à commettre la faute. C'est lui qu'il faut blâmer", conclut-il.
Grand Prix du Canada
Ferrari demande la révision de la pénalité de Vettel
17/06/2019 À 19:00
Grand Prix du Canada
Pénalité de Vettel : pas d'appel de Ferrari, mais un autre recours envisagé
14/06/2019 À 08:35