Getty Images

Quand Hamilton s'interroge sur l'étrange chute de performance du moteur de Vettel...

Quand Hamilton s'interroge sur l'étrange chute de performance du moteur de Vettel...

Le 07/10/2018 à 12:21Mis à jour Le 07/10/2018 à 21:23

GRAND PRIX DU JAPON - Lewis Hamilton (Mercedes) a redit sa surprise devant la baisse de régime du moteur Ferrari depuis Singapour. En évoquant une rumeur insistante dans le paddock née d'une curieuse coïncidence…

Série en cours : le Grand Prix du Japon a marqué la quatrième épreuve consécutive lors de laquelle Lewis Hamilton a pris des points à Sebastian Vettel. Normal : le Britannique a signé dimanche à Suzuka sa quatrième victoire en autant de courses.

Depuis le soir du Grand Prix de Grande-Bretagne, le 8 juillet à Silverstone, le Britannique de Mercedes a changé son retard de huit points au championnat du monde en avance de 67 unités, soit un gain de 75 points.

Il a commencé par récolter un 25-0 à Hockenheim lorsque son rival allemand de Ferrari est sorti de la piste sans rémission. Il a enchaîné par une victoire en Hongrie avant la seule riposte du pilote de la Scuderia, en Belgique, où la surpuissance de l'évolution du moteur italien a écœuré Mercedes et étonné le paddock tout entier, data GPS à l'appui.

En passe de confirmer à Monza, la Scuderia avait été piégée par une faute de Sebastian Vettel et une stratégie implacable des Gris, avec Valtteri Bottas dans rôle de protecteur de Lewis Hamilton.

Lewis Hamilton et Valtteri Bottas (Mercedes) au Grand Prix du Japon 2018

"Ils n'ont pas seulement perdu beaucoup de performance..."

Et puis, à Singapour, il s'est passé quelque chose d'étrange avec la pose par la FIA d'un second capteur sur la batterie - curieusement divisée en deux parties distinctes - de la SF71H, qui a coïncidé avec une nette baisse de prestation de la "rossa" au départ, en phase d'accélération en première moitié de ligne droite, et en sortie de virage lent. Aux dire de la rumeur, la Fédération internationale de l'automobile soupçonnait qu'une moitié de la batterie soit capable de délivrer une puissance illicite supplémentaire. Tout cela au milieu d'épineux problèmes de dégradations des pneus. Avec pour résultat une nette domination des Gris confirmée à Sotchi et à Suzuka.

Pendant cette période, Lewis Hamilton s'était interrogé sur la légalité de la Ferrari, non sans s'exposer aux foudres de la critique.

Dimanche, il a rouvert le dossier, de façon sibylline encore une fois. Mais avec ces éléments à l'esprit, tout le monde a compris où il voulait en venir. "En termes de performance de Sebastian, je ne m'y attendais pas bien sûr, a-t-il déclaré. Jusqu'à la moitié de la saison, ils ont été très forts. Monza est arrivé, et là ils étaient encore assez forts. Puis c'est à Singapour qu'ils ont commencé à saturer. Et je n'avais pas anticipé qu'ils puissent saturer à ce point."

"Ils n'ont pas seulement perdu beaucoup de performance… C'est simplement que les performances ne sont plus arrivées comme avant, aussi fortement qu'avant. Je n'ai pas vraiment de réponse à ça, et ce n'est pas quelque chose qui attire mon attention. Mais je suis sûr que Sebastian pourrait vous dire pourquoi...", a-t-il conclu.

0
0