Une ombre a plané sur la première pole position de Max Verstappen au Grand Prix du Japon, sa 18e en carrière, samedi à Suzuka. Le Néerlandais a été placé sous enquête à la direction de course de la Fédération internationale de l'automobile à propos de son imprudence lors en Q3, la dernière partie de la qualification de la dix-huitième manche du Mondial 2022.
Suivez une année complète de sport et d'événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Le film de la qualification
Grand Prix du Japon
"Il faut comprendre d'où vient l'énorme bourde qui aurait pu causer un accident mortel"
11/10/2022 À 08:42
Il roulait au ralenti dans le virage n°15 lorsqu'il a soudainement mis un gros coup d'accélérateur, dans la préparation de son second tour chrono. Attentif à tout, le champion du monde se montre souvent agressif pour maintenir sa place dans le peloton dans cette phase cruciale de la session. Il a peut-être vu débouler Lando Norris (McLaren) dans ses rétroviseurs - les images sont troublantes à ce sujet, ce qui expliquerait sa manoeuvre. Qui s'est avérée particulièrement dangereuse car il a perdu le contrôle de sa RB18 n°1. En pleine embardée, il a forcé l'Anglais a passer à pleine vitesse à sa gauche, dans l'herbe. L'accident évité de justesse, il s'est excusé auprès de son collègue à la fin de la séance et a commenté l'incident comme un simple incident, lors de son interview à chaud. Il risquait une rétrogradation sur la grille de départ mais il a finalement reçu une réprimande.
Le plus rapide lors du dernier entraînement, disputé sur une piste sèche contrairement à la veille, Max Verstappen s'est donc lancé dans la course à son second titre de champion du monde de façon presque idéale. Il sait que ça ne tient qu'à lui. Une victoire bonifiée du point du meilleur tour lui suffira, sinon il devra s'arranger pour prendre huit point à Charles Leclerc (Ferrari) et six à son coéquipier, Sergio Pérez.

La baraka pour Verstappen

Pourtant, tout n'a pas été parfait lors de cette session pour le Batave, qui a vécu sur son premier tour chrono, réalisé en 1'29"304, pour emporter la décision. En effet, lors de sa seconde tentative le Monégasque s'est approché à 0"010. Le coup est donc passé près, jamais aussi près même pour "Super Max", dont c'est la plus étriquée de toutes les pole positions.
Plus incroyable encore, l'as de Red Bull a signé ses trois dernières positions de pointe devant Charles Leclerc, à Spielberg, Zandvoort et Suzuka, pour 0"029, 0"020 et 0"010. Et les regrets sont décidemment réservés à l'équipe de Maranello, puisque Carlos Sainz, troisième, a échoué pour 0"057.
En revanche, les autres prétendants n'ont joué aucun rôle. Sergio Pérez n'a une nouvelle fois pas existé dans cette bataille, réduit au rôle de figurant avec son quatrième chrono, à 0"405, et dans un no man's land puisqu'Esteban Ocon (Alpine) a signé un superbe cinquième temps, mais à 0"861. Néanmoins, le Français peut être fier de sa plus belle séance de qualification 2022 car il a battu un Fernando Alonso chaud bouillant depuis vendredi.
Les A522 boostées par leur package introduit à Singapour, il faut regarder à partir de la septième place pour voir la plus grosse surprise. Bonne pour un Sebastian Vettel (Aston Martin) préretraité mais pas blasé - "J'ai adoré ! Cette piste est tellement mieux que toutes les autres !" a-t-il dit - et mauvaise pour les pilotes Mercedes, George Russell et Lewis Hamilton, perdus à 1"653 et 1"654, devant Lando Norris (McLaren). A moins qu'ils n'aient tout misé sur la pluie, dimanche.
Enfin, Pierre Gasly officialisé chez Alpine à partir de 2023, n'a pas brillé devant le public de son motoriste Honda. Sorti dès la Q1 avec le 17e temps, il a indiqué avoir été victime de freins glacés par le froid et un mauvais timing de passage en piste, malgré sa demande à AlphaTauri. Vivement l'an prochain…
Grand Prix du Japon
Norris furieux par l'embardée volontaire de Verstappen, qui lui fait la morale
08/10/2022 À 08:55
Grand Prix du Japon
Machine arrière : Red Bull et Honda renforcent leur partenariat
05/10/2022 À 13:11