Getty Images

L'écurie Red Bull claque la porte de Renault et sera motorisée par Honda à partir de 2019

La fin d'une époque : Red Bull quitte Renault et rejoint Honda

Le 19/06/2018 à 09:31Mis à jour Le 19/06/2018 à 10:27

FORMULE 1 - C'était dans l'air depuis plusieurs semaines et c'est désormais officiel : Red Bull Racing va mettre un terme à son partenariat avec Renault à la fin de cette saison et sera motorisée par Honda à partir de l'an prochain. L'écurie autrichienne et le constructeur japonais seront associés en 2019 et 2020. Le motoriste français équipait Red Bull depuis douze ans.

Cette fois, l'histoire d'amour est bien terminée. Voilà le point final à un couple qui a connu beaucoup de hauts et pas mal de bas. Comme annoncé par L'Equipe ce mardi, Red Bull Racing et Renault ont annoncé et officialisé leur séparation après douze saisons de collaboration. Depuis plusieurs semaines, le motoriste français pressait l'écurie autrichienne d'annoncer son choix, alors que le contrat liant les deux parties se terminera fin 2018. Ensemble, ils auront donc gagné quatre titres des constructeurs (2010, 2011, 2012, 2013) et quatre titres des pilotes (avec Sebastian Vettel). Au compteur, le tandem compte 57 victoires et 59 pole positions à ce jour.

"Nous tenons à remercier Renault pour les 12 dernières années, une période au cours de laquelle nous avons vécu des moments incroyables ensemble. Notre objectif pour le reste de cette année est toujours d'obtenir les meilleurs résultats possibles", a de son côté expliqué Christian Horner, le team principal de Red Bull. Désormais, place donc à une nouvelle histoire avec Honda pour 2019 et 2020. Un changement radical qui marque la fin d'une époque et le début d'une autre.

Toro Rosso-Honda, une association qui roule

Mais alors, qu'est-ce qui a pu convaincre Red Bull de faire le grand saut ? Petite soeur de l'écurie autrichienne, la Scuderia Toro Rosso, qui est associée avec Honda depuis cette saison, a certainement joué un grand rôle dans cette décision. Entre une fiabilité retrouvée et une quatrième place de Gasly au Grand Prix de Bahrein en début de saison, cette association est pour le moment très convaincante. Voilà de quoi rassurer la maison mère.

Depuis plusieurs saisons, il y a avait de toute façon de l'eau dans le gaz entre la marque autrichienne et Renault. La première se vantait régulièrement de disposer du meilleur chassis... mais de manquer de puissance moteur, accusant donc le motoriste de Viry-Châtillon de ne pas être à la hauteur. Cette année, comme un signe de la détérioration de leurs rapports, le moteur français est d'ailleurs "badgé" TAG-Heuer.

"Je serai agacé le jour, qui va arriver bientôt, où il fera la pole position et dira que c’est uniquement grâce à lui", a d'ailleurs répondu Rémi Taffin, en charge des groupes propulseurs chez Renault Sport F1, à Max Vestappen, qui déplorait à nouveau le manque de puissance de son moteur il y a quelques jours au Canada. A partir de l'hiver prochain, le problème ne se posera donc plus. Mais, à l'heure où Renault met les bouchées doubles pour retrouver le devant de la scène, reste à savoir si Red Bull ne regrettera pas son choix...

0
0