Des figures de la course automobile comme René Arnoux, Philippe Alliot ou Olivier Panis ont porté le cercueil de ce pilote, né à Vichy en juillet 1930. Derrière eux, celui qui fut son pilote fétiche, Jacques Laffite -- qui remporta six GP de F1 au volant des voitures bleues du patron d'écurie -, portait une photo de Guy Ligier à la fin de la cérémonie.
"Il était capital et indispensable d'être ici aujourd'hui. Tous les gens du monde de l'automobile sont là. Je voyais Guy encore souvent, il a été un deuxième père pour moi. Il a été mon idole, puis pendant plusieurs années il m'a pris dans son équipe", a témoigné l'ancien pilote Philippe Alliot, qui avait remplacé Jacques Laffite au sein de l'écurie française en 1986.
"Guy était quelqu'un d'assez sanguin, caractériel, mais aussi déterminé, il savait ce qu'il voulait. Il est allé chercher des sponsors, fabriquer une usine, trouver des ingénieurs pour faire ses propres voitures, pour monter une belle équipe en France, avec de bons budgets. Je suis assez admiratif parce que ce n'était pas facile", a raconté l'ancien pilote automobile René Arnoux.
Grand Prix de France
Le Grand Prix de France avancé d'une semaine, double ration en Autriche
HIER À 13:09
Il a eu une vie tellement riche, tellement intense
Gérard Larrousse, Jean-Pierre Jabouille, Jean-Louis Schlesser et Franck Lagorce, autres anciens pilotes, l'ancien directeur de la compétition chez Michelin, Pierre Dupasquier, ou encore l'ancien ingénieur de chez Ligier Michel Tetu, étaient parmi les nombreuses autres personnalités du monde des sports mécaniques présentes. Sur le parvis de l'église Saint-Louis trônaient un exemplaire du célèbre coupé Ligier JS2, un modèle de 1973, et une photo en noir et blanc de l'ancien pilote.
"On ne se prépare jamais au départ d'un proche qu'on croyait immortel. Il a eu une vie tellement riche, tellement intense. Il a toujours vécu pour ses équipes, comme il les appelait, pour ses copains aussi, pour sa famille. Nous sommes très fiers de ce qu'il nous laisse", a de son côté souligné le petit-fils de l'industriel, François Ligier, PDG de l'entreprise du même nom, située dans l'agglomération vichyssoise.
Des amateurs des sports mécaniques, d'anciens ouvriers ou collaborateurs des entreprises Ligier, des représentants des entreprises de la technopôle de Magny-Cours (Nièvre), de même que des membres d'un club de propriétaires de JS2 avaient également fait le déplacement pour rendre un dernier hommage au charismatique industriel de l'automobile.
Saison 2021
McLaren, un retour au sommet qui n'est plus qu'une question de temps
14/05/2021 À 00:39
Saison 2020
Grosjean sur son crash à Bahreïn : "Cette expérience a rendu ma vie meilleure"
12/05/2021 À 15:38