Ferrari S.p.A.

Alonso et les "X+2%"

Alonso et les "X+2%"
Par Eurosport

Le 20/12/2011 à 13:00Mis à jour Le 21/12/2011 à 07:23

Fernando Alonso est satisfait au moins d'une chose : Ferrari a pris un nouveau virage pour préparer 2012. Moins conservateur. Avec une plus grande marge de progression que Red Bull.

Il n'a vu qu'une maquette de la Ferrari du Mondial 2012 mais se réjouit de la page que le Reparto Corse a décidé de tourner, après une saison à une seule victoire, pour la deuxième fois en trois ans. Lundi, Fernando Alonso a fait un point sur les préparatifs du 63e Mondial, avant de "débrancher la prise" et de partir vacances. "Nous sommes maintenant dans la phase où nous sommes toujours optimistes mais nous devons attendre le début de la saison pour voir où nous en sommes", a-t-il expliqué à des journalistes espagnols. "C'est clair que pendant ces jours passés à Maranello, j'ai trouvé un bon climat ; il y a beaucoup de confiance."

"Nous voulons retrouver le goût de la victoire qui nous manque depuis un moment", a poursuivi l'Espagnol, victorieux à Silverstone. Avant de lever un coin du voile sur la prochaine "rossa", dessinée sous le patronage de Pat Fry, un ancien de McLaren, passé d'adjoint à directeur technique à l'éviction d'Aldo Costa, le 24 mai dernier. "Au printemps dernier, nous avons fait des changements importants dans la structure technique de l'équipe et nous avons maintenant mis dans le projet de la nouvelle voiture une approche nouvelle, moins conservatrice. La philosophie de la monoplace 2012 et bien plus variée que celle de 2011, surtout dans quelques domaines comme les suspensions et l'aérodynamique. Chez Ferrari, nous nous savons condamnés à vaincre. Red Bull a une voiture très bien développée, une très bonne voiture. L'améliorer est possible, et ils le feront. Mais ils n'ont pas tant de marge que ça, contrairement à nous. Je pense que s'ils progressent de X%, nous progresseront de X+2%", a-t-il promis. L'estimation est peut-être optimiste car rendre un bolide 1% plus rapide (à parité de pneus) est déjà un véritable tour de force. C'est le faire aller une seconde plus vite que l'ancien modèle sur un tour de 1 minutes 40 secondes, soit 100 secondes. A fortiori, si la RB8 gagne une seconde, la Ferrari en gagnera trois.

L'as d'Oviedo a aussi eu un petit mot gentil pour Kimi Räikkönen, dernier champion du monde en rouge (en 2007), de retour l'an prochain chez Lotus (ex-Renault) après deux années en WRC. "C’est une bonne nouvelle pour notre sport", a-t-il dit, qualifiant le Finlandais de 32 ans de "personne formidable". Par ailleurs, il s'est étonné de renouvellement de la paire de pilotes chez Toro Rosso (à l'instar de Lotus), son compatriote Jaime Alguersuari faisant comme le Suisse Sébastien Buemi les frais de l'opération. "Il faut de la constance dans une équipe, et remplacer les deux pilotes revient à repartir de zéro et ça induit un hiver plus difficile en matière d'évolution et de tests de la voiture", a-t-il jugé.

0
0