Ferrari S.p.A.

"Les rêves peuvent donc devenir réalité" : Charles Leclerc va succéder à Kimi Räikkönen chez Ferrari

Leclerc rejoint Ferrari : "Les rêves peuvent donc devenir réalité"
Par Eurosport

Le 11/09/2018 à 11:59Mis à jour Le 11/09/2018 à 13:13

FORMULE 1 - Une fulgurante ascension pour Charles Leclerc. Le prodige monégasque de 20 ans a officiellement annoncé mardi qu'il allait piloter pour Ferrari à partir de la saison prochaine, dans la foulée de l'annonce du départ de Kimi Räikkönen, qui va faire le chemin inverse pour retrouver Sauber, l'écurie de ses débuts en F1. Leclerc fera donc équipe avec Sebastian Vettel en 2019.

Voilà une nouvelle qui aurait certainement fait plaisir au regretté Sergio Marchionne. Protégé de l'ancien président de Ferrari, décédé il y a quelques semaines, Charles Leclerc a officiellement annoncé ce mardi qu'il rejoindra la Scuderia l'an prochain. Comme écrit par La Gazzetta dello Sport la semaine passée, la rumeur qui courait depuis plusieurs mois était donc fondée. Le pilote monégasque va bel et bien succéder à Kimi Räikkönen dans le baquet de la mythique voiture au cheval cabré.

Le Finlandais, lui, va récupérer le baquet de Leclerc chez Sauber, l'écurie de ses débuts en F1 (en 2001), comme cela a été annoncé quelques minutes avant l'officialisation du transfert de l'année dans le paddock.

Une grande pensée pour son père et pour Jules Bianchi...

"Les rêves peuvent donc devenir réalité...", a d'abord tweeté Leclerc pour annoncer son arrivée chez les Rouges en 2019. "Je serai éternellement reconnaissant envers la Scuderia Ferrari pour l'opportunité qui m'est donnée", poursuit le pilote de 20 ans, qui n'oublie pas d'associer son agent, Nicolas Todt, à cette immense promotion.

Dans la foulée, le Monégasque a aussi, et surtout, eu un mot pour ceux qui lui ont permis d'atteindre le Graal. Son père, Hervé, ancien pilote très apprécié notamment dans le milieu du karting dont Leclerc est issu, tragiquement décédé en juin 2017. Et le regretté Jules Bianchi, son ami d'enfance, à qui il dédie aussi cet aboutissement dont il est un peu à l'origine pour avoir introduit Leclerc auprès de la plus célèbre écurie de Formule 1. "A mon papa, à qui je dois tout ce qui est en train de m'arriver. A Jules, pour tout ce que tu m'as appris. Nous ne vous oublierons jamais".

Une première saison bluffante

Leclerc, qui aura 21 ans en octobre, va donc faire le grand saut chez Ferrari après une première saison jusqu'ici époustouflante au volant de la modeste Sauber. Le rookie monégasque a impressionné son monde en signant plusieurs superbes performances depuis le printemps dernier. En qualifications d'abord, avec plusieurs passages en Q3, et en courses ensuite, avec cinq entrées dans les points (Azerbaïdjan, Espagne, Canada, Autriche, France), dont une brillante sixième place à Baku, fin avril.

Pur produit de la Ferrari Driver Academy (comme Jules Bianchi avant lui), Leclerc, très apprécié par Marchionne qui voyait en lui le futur de la F1, n'arrivera pas en terrain inconnu à Maranello. Il a notamment déjà travaillé sur le simulateur de la Scuderia. Et c'est finalement une trajectoire supersonique mais logique pour celui qui a surclassé la concurrence dans les catégories inférieures, où il a décroché les titres en GP3 (2016) puis en Formule 2 (2017).

Ferrari mise enfin sur la jeunesse

Avec ce choix, la Scuderia brise également son éternelle politique. Fini de miser uniquement sur des pilotes aux gros CV, place désormais au jeune talent à (très) fort potentiel. La saison prochaine, Charles Leclerc va donc former un duo potentiellement explosif avec Sebastian Vettel. L'Allemand, qui a vécu des dernières semaines délicates en se rendant notamment coupable de plusieurs erreurs (fatales ?) dans la course au titre face à Lewis Hamilton, devra se méfier de son nouveau coéquipier.

Le binôme fonctionnera-t-il pour permettre à la Scuderia de renouer enfin avec un titre constructeurs qui lui échappe depuis 2008 ? En tout cas, le jeune prodige monégasque pourrait rapidement donner du fil à retordre en piste au quadruple champion du monde.

N. B. et G. M-P.

0
0