Il n'y a pas que son écurie, Renault devenue Alpine, qui fait sa mue en 2021 : le pilote français Esteban Ocon entame la saison de F1 avec deux nouveaux ingénieurs et un nouveau préparateur physique, mais avec les mêmes résolutions. "Mes objectifs personnels, c'est d'exploiter le maximum de la voiture à toutes les courses. Se dire quand on a fini le week-end qu'il n'y avait rien qu'on puisse faire de mieux", disait-il mi-février lors d'un point presse virtuel sous ces nouvelles couleurs, non plus jaune mais bleu-blanc-rouge ("une grande fierté en tant que pilote français").
S'il a conclu 2020 sur son premier podium en F1 (une 2e place lors du Grand Prix de Sakhir, à Bahreïn), Ocon n'a pas terminé avec le sentiment du devoir accompli tous les Grands Prix de sa première saison avec Renault. Alors, "reprendre au niveau où j'ai fini l'année, qui était bien meilleur que celui où j'ai commencé, ça sera super important, ajoute-t-il. Et de continuer à construire à partir de là."
Privé de volant en 2019, le pilote de 24 ans n'a en effet pas eu le retour facile l'année suivante. Avec 62 points, il s'est classé 12e du championnat, loin des 119 unités et de la 5e place de son équipier australien Daniel Ricciardo.
Saison 2021
Bleu, blanc, rouge : Alpine dévoile l'A521 d'Alonso et Ocon
02/03/2021 À 15:23

"Alpine, c’est l’équipe Bleu-blanc-rouge qu'on attendait"

"Prêt" et "frais"

Alors que son précédent préparateur physique ("physio" dans le jargon de la F1) ne le suivait que pendant les courses, le nouveau le fait "H-24" depuis le début de sa préparation hivernale dans les Pyrénées. "Ça a été décidé par l'équipe et mon management pour changer des petits détails afin que je puisse garder plus longtemps le niveau de performance que j'arrive à avoir dans l'hiver, explique Ocon. Parce que la fatigue s'accumule avec les courses et ça devient de plus en plus difficile de s'entraîner." Pour l'heure, en tout cas, "je me sens prêt, je me sens frais", assure l'intéressé.
Le Normand hérite également de deux nouveaux ingénieurs qu'il a fréquentés à ses débuts en F1 chez Manor en 2016 et avec qui il apprend à travailler "en virtuel", Covid-19 oblige. "C'est sûr que ça n'est pas très plaisant, c'est mieux de faire ça en réel, mais est-ce que ça influe sur ma préparation ?, s'interroge-t-il. Non, parce qu'on le fait très bien malgré la distance."
De l'autre côté du garage, Ocon va se mesurer à une nouvelle pointure : Fernando Alonso, pas réputé le plus facile des équipiers, qui revient dans l'écurie qui lui a offert ses titres mondiaux en 2005 et 2006. Deux points d'interrogation entourent toutefois la performance de l'Espagnol : il n'a pas couru en F1 depuis 2018 (mais a gagné à deux reprises les 24 Heures du Mans dans l'intervalle) et il a été opéré de la mâchoire en février après un accident de vélo.
https://i.eurosport.com/2021/03/02/3004771.jpg

"Perspective nouvelle"

Pendant qu'Alonso se remet, à Ocon d'effectuer "le gros du boulot" de préparation de la saison, notamment le "shakedown" (déverminage), mercredi à Silverstone, d'une monoplace qui - il faut bien que certaines choses changent moins - est une "évolution" de celle de l'an dernier.
Enfin, une nouvelle équipe dirigeante s'est installée à la tête d'Alpine. Exit le directeur général et directeur d'équipe Cyril Abiteboul et le président Jérôme Stoll. Aux côtés de Marcin Budkowski, directeur exécutif depuis 2018, place au directeur sportif Davide Brivio (artisan des succès récents de Suzuki en MotoGP) et au directeur général Laurent Rossi.
"Ils amènent une perspective nouvelle, c'est rafraîchissant", se réjouit le pilote. "En F1, c'est très simple de se concentrer sur tout ce qu'il y a à penser mais d'un peu oublier le sport. Je pense que Davide va remettre cet esprit de compétition devant nous à chaque instant."
Après leurs premiers tours de roues mercredi, Ocon et son équipe 2.0 n'auront qu'un jour et demi d'essais de pré-saison à Bahreïn entre le 12 et le 14 mars pour parachever leur préparation. Ensuite, - bon présage, on l'espère - 2021 démarrera le 28 mars sur le circuit sur lequel le Français s'est hissé sur le podium pas plus tard que début décembre.
Saison 2021
Coéquipiers, moteurs, pitstops... Tout ce qui peut arbitrer la fin du duel Hamilton - Verstappen
29/09/2021 À 22:18
Saison 2021
Verstappen répond aux critiques : "Il y a beaucoup d'hypocrites dans le monde..."
23/09/2021 À 15:51