Ce devait être une année transitoire. Une saison 2020 bis destinée à amortir le choc d'une crise sans précédent. Une nouvelle cuvée dont il ne fallait pas attendre de grands chambardements. La 72e levée du Championnat du monde de Formule 1 va pourtant s'ouvrir sur l'hypothèse d'un rapport de force quelque peu rééquilibré, sinon complètement nouveau ; les courts essais de pré-saison disputés à Bahreïn, là-même où sera disputé le premier Grand Prix de la saison, ont touché aux statuts. Max Verstappen (Red Bull) était jusque-là le plus grand outsider ? Il est peut-être devenu l'autre favori.
Le Néerlandais a franchement dominé les trois jours de tests dans le désert bahreïnien mais, bien sûr, cela ne peut suffire à faire du chouchou de Red Bull le principal candidat à la succession de Lewis Hamilton. "Je ne crois pas que nous soyons les favoris", a-t-il lui même confié à nos confrères de Motorsport.com.
Saison 2021
Alonso trop "rouillé" pour un retour au top ? Ce n'est pas l'impression qu'il donne
15/03/2021 À 07:06
Le pilote batave a eu beau établir le chrono de référence et devancer Lewis Hamilton (Mercedes) de plus d'une seconde, il lui en faudra beaucoup plus pour s'offrir de telles certitudes. Même si elles ne permettent pas de justifier pleinement un tel écart, les différences de conditions - pneus, niveau d'adhérence de la piste, quantité d'essence embarquée, etc - ont largement brouillé la grille de lecture.
Nous ne sommes pas aussi rapides que Red Bull en rythme de course
Les chances de Verstappen dépendent autant des progrès de sa monoplace que des éventuelles défaillances de Mercedes. La première condition est déjà remplie : "Mad Max" a bouclé plus de 200 tours sans rencontrer la moindre avarie technique. Et les sensations sont bonnes. "Jusqu'à présent, la voiture a été assez stable, donc c'est agréable", a relevé le pilote de 23 ans. L'année dernière, la monoplace autrichienne se distinguait plutôt par son caractère imprévisible et la palette de réglages restreinte qu'elle offrait pour atteindre son plus haut potentiel.
Cette donnée avait été beaucoup plus préjudiciable pour Alexander Albon que pour Verstappen, capable de tirer le maximum de son matériel dans n'importe quelle circonstance. Il faut croire que Red Bull, qui avait préféré baptiser sa nouvelle monture "RB16B", et non "RB17", pour marquer une évolution plutôt qu'une révolution avec la précédente, a fait les bons choix. Tant pour proposer à son leader une machine plus polyvalente que pour combler le déficit d'appui aérodynamique causé par les ajustements réglementaires de la FIA. Le moteur Honda, tout neuf et qualifié "d'œuvre d'art" par Helmut Marko, doit aussi favoriser le progrès.

Une fin de saison en trombe : comment Verstappen pourrait titiller Hamilton en 2021

Reste désormais à connaître la véritable situation de Mercedes. L'écurie allemande a été déçue par ses essais. Et ne l'a pas caché non plus. "Il nous est arrivé de vivre des hivers compliqués par le passé et nous avons toujours réussi à redresser la barre, a soutenu Andrew Shovlin, le directeur de l'ingénierie de la firme étoilée. Mais cette fois, nous avons vraiment beaucoup de travail à effectuer. [...] Nous pouvons constater d'après les données que nous ne sommes pas aussi rapides que Red Bull en rythme de course."

Red Bull se méfie de Mercedes

Au sein de l'écurie championne du monde, tout le monde s'accorde à dire que la monoplace aux Taureaux Rouges sera celle à battre dans les prochaines semaines. Y compris Lewis Hamilton. Mais pas de quoi écarter totalement l'hypothèse d'un coup de bluff. "Ils ont probablement roulé avec beaucoup plus d'essence que nous, a tempéré Helmut Marko auprès de la chaîne allemande RTL. Cela démontre qu'ils ont énormément de confiance. Mercedes est favori et nous sommes les premiers challengers. Voilà comment je perçois la situation."
L'habituel jeu de dupes n'occulte pas certains faits : au-delà des chronos, desquels aucun véritable enseignement ne peut être tiré, les "outsiders" ont aussi constaté de leurs propres yeux certains comportements suspects de la W12, la monoplace allemande. L'astuce choisie par Mercedes pour retoucher son fond plat en est-elle la cause ? "Nous verrons où nous en sommes en qualification", a renchéri Verstappen. Vainqueur du dernier Grand Prix en 2020 sur un fauteuil, le Néerlandais n'attend que ça. Il semble prêt. Red Bull aussi. Rendez-vous le 27 mars.

Max Verstappen (Red Bull) va-t-il sortir de l'ombre de Mercedes en 2021 ?

Crédit: Getty Images

Saison 2021
Verstappen prévient Red Bull : "Il faut continuer à progresser"
25/02/2021 À 18:27
Saison 2021
De "Mad" Max à une "agressivité contrôlée" : Verstappen a changé
23/02/2021 À 23:06