Mercedes : Blanc, gris puis noir

La première Mercedes de course était blanche, la couleur réservée aux bolides allemands lorsque les épreuves regroupaient les voitures par nations, et c'est d'ailleurs dans cette livrée que la marque a fêté ses 125 ans en sport automobile au Grand Prix d'Allemagne en 2019. Et c'est en 1934 que la légende situe la naissance de la Flèche d'argent : en grattant la peinture blanche pour mettre leur machine au poids minimal règlementaire, les mécaniciens auraient fait apparaître le gris aluminium de la carrosserie. C'est cette couleur que la firme à l'Etoile a alors adoptée, et s'est engagée en 1954 et 1955 en Formule 1, avant de revenir sur les circuits de Grand Prix en 2010.
La monoplace a changé en 2020 pour le noir en soutien à la cause "Black Lives Matters" portée par Lewis Hamilton ; toujours parcourue par les lignes verte de Petronas. Les sponsors ont encore modelé la décoration : le rouge d'Ineos, nouvel actionnaire à hauteur d'un tiers, et le gris clair d'AMG, le préparateur de la marque qui figure dans l'appellation commerciale de l'équipe.
Saison 2021
Gasly répond à Marko : "J’aimerais être en mesure de me battre pour de meilleures positions"
15/07/2021 À 17:01

Ferrari : D'inspiration Alfa Romeo

La "rossa" est rouge parce que l'Alfa Romeo l'était. En 1929, Enzo Ferrari créé sa propre écurie de compétition, la Scuderia, chargée de préparer les Alfa Romeo de compétition. Ces dernières sont rouges en raison du code couleur international en vigueur en sport automobile. Les machines italiennes sont rouges, et lorsqu'il décide de lancer sa propre marque, en 1947, le Commandatore reprend naturellement le rouge transalpin. Néanmoins, il faut savoir que l'autre couleur officielle de Ferrari est le jaune, la couleur de Modène, d'où est originaire le fondateur de Ferrari, reprise dans l'écusson au Cheval cabré.
Cette année, l'arrière de la SF21 est du rouge Bourgogne qui recouvrait la 125 S, première Ferrari de compétition.

Carlos Sainz (Ferrari) lors des tests 2021 à Sakhir

Crédit: Getty Images

McLaren : un choix pragmatique

C'est en 1966 que Bruce McLaren fonde son écurie de F1 et de CanAm, la série prototype au Canada et aux Etats-Unis où il file courir dès que l'agenda des Grands Prix lui en laisse le temps. Ses voitures sont blanches, rouges ou noires, sans être remarquables d'un point de vue esthétique. En 1967, Teddy Mayer, associé de Bruce McLaren, qui s'est mis en tête de changer ça, est frappé par la livrée orange papaye de la Lola T70 de Jackie Espstein. Cette couleur est du plus bel effet et va devenir iconique sur la première machine sorties des ateliers de Colbrooks, la Can-Am M6A. En 1968, ce sera au tour de la F1 M5A ne se mettre au diapason.
Les McLaren seront oranges jusqu'à introduire le blanc d'un sponsor (Yardley) en 1972, puis d'abandonner son code couleur à un cigarettier de 1972 à 1996. Puis un événement va rallumer la flamme de la nostalgie en 1997, lorsque Ron Dennis décide de présenter sa F1 dans une livrée intermédiaire, avant le passage à la livrée "West". Le boss de Woking ressort le orange papaye qui fait un tabac mais il doit refroidir les fans : le sponsor titre n'a pas l'intention de renoncer au gris, blanc et rouge qui sied aussi au motoriste Mercedes. La question du orange reviendra sur le tapis jusqu'à l'arrivée d'un nouveau patron, Zak Brown, qui le remettra sur la monoplace en 2017 avant d'en faire la couleur unique l'année suivante. Mélangée aux couleurs de sponsors importants.

Lando Norris (McLaren) lors des tests 2021 à Sakhir

Crédit: Getty Images

Red Bull : Bleu marine

Au rachat de Jaguar, la marque a sorti sa première F1 dans une déco bleu et gris figurant une canette de boisson énergisante avant d'adopter le marine uni avec le taureau rouge dans un rond jaune, auquel elle s'est toujours tenu.
A noter que, dans un souci d'unité, Red Bull exige de ses pilotes - pas seulement en F1 - d'arborer un casque à dominante bleu nuit.

Aston Martin : Le retour du British Racing Green

De retour sur les circuits de Formule 1, la marque a naturellement retrouvé son British Racing Green identitaire - celui des automobiles britanniques aux origines - que les DB arboraient lors du court passage en 1959 et 1960.

La "perverse" Kylie, l' "affamée" Heidi, Margherita : Pourquoi Vettel donne des prénoms à ses F1

Alpine : Trois couleurs historiques

Lorsque le fondateur de la marque, Jean Rédélé, présente son tout premier modèle, l'A106, en juillet 1955, il expose trois exemplaires, respectivement bleu de France, blanc et rouge.
Dans les carnets de commande, le bleu métallisé se taille un franc pour une raison simple : il est moins cher que les autres couleurs métallisées. Et il marque les esprits dans les rallyes internationaux avec la Berlinette, auteure du triplé au Rallye Monte-Carlo 1973, le tout premier de l'histoire du Championnat du monde. C'est ce glorieux bolide que la marque de Dieppe a ressorti le 2 mars lors de la présentation de l'A541 pour faire le lien avec la teinte de la carrosserie des machines de Fernando Alonso et Esteban Ocon. Sans oublier ses deux autres composantes. "L'A521 arbore les couleurs historiques d’Alpine en compétition : le bleu, le blanc et le rouge, couleurs des drapeaux français et britannique", explique l'équipe basée à Enstone et Viry-Châtillon. Un trait d'union à ses bases situées de part et d'autres de la Manche.

Fernando Alonso (Alpine) lors des tests 2021 à Sakhir

Crédit: Getty Images

AlphaTauri : Les affaires sont les affaires

Red Bull est allé au bout de sa démarche commerciale en faisant disparaître le nom de Toro Rosso au profit de sa marque de vêtement. Dont elle reprendre le code visuel sur la robe de l'AT02.

Alfa Romeo : Un entre-deux

La C41 représente un compromis entre le rouge historique de la marque milanaise en compétition - frappé donc du trèfle à quatre feuilles - et le blanc de Sauber, qui opère en sous-main.

Haas : La maison Russie

Reverra-t-on le gris anthracite ou noir de la marque de machines-outils de Gene Haas ? Et difficultés financières, l'écurie de Kannapolis a abandonné ses symboles au drapeau russe, pays du nouveau bailleur de fonds Uralkali.

Williams : Désir de modernité

Le renouveau espéré par Dorilton, le nouveau propriétaire de l'écurie de Grove, passait par un changement radical de livrée. Divisée en deux parties : une conformiste à l'avant, une avant-gardiste sur le capot moteur avec l'adoption de rayures. L'équipe fondée par Frank Williams n'a pas perdu ses couleurs essentielles, le bleu marine et le blanc.
https://i.eurosport.com/2021/03/23/3016680.jpg
Saison 2021
Il n'a même pas son code mais a brillé à Monaco : Pourchaire, le prodige aux portes de la F1
08/07/2021 À 21:24
Saison 2021
"S'il veut conserver son titre, Hamilton doit stopper l'hémorragie à Silverstone et en Hongrie"
06/07/2021 À 16:57