Comme tous les ans, des pilotes ont subi un certain déclassement cette saison, comme Daniel Ricciardo, renvoyé en fin de saison par McLaren, ou le futur retraité Sebastian Vettel (Aston Martin). Et d'autres ont vu leur cote s'envoler en fonction de la valeur qu'on leur accordait dans le paddock en début d'année. Comme George Russell, qui a parfaitement assumé son nouveau statut de pilote Mercedes, sans même avoir encore gagné une course.
D'autres, encore, sont considérés comme des déceptions par leurs équipes en raison d'un manque de résultats, comme Yuki Tsunoda chez AlphaTauri ou Mick Schumacher chez Haas. Mais qu'en est-il exactement pour les 20 pilotes du plateau par rapport à la seule échelle de valeurs qui compte, celle de leurs salaires ? C'est la question que l'on peut se poser pour situer plus concrètement leurs rendements. Après la 16e des 22 épreuves du Championnat du monde 2022, des tendances claires se dégagent, et sauf performances spectaculaires de quelques-uns, elles resteront une vérité définitive.
Saison 2023
Tsunoda prolongé : le point sur la grille de départ en 2023 et au-delà
22/09/2022 À 13:02

Le gouffre Ricciardo

En consultant la grille des salaires en parallèle du classement du Championnat du monde, le nom de Daniel Ricciardo apparaît en tête des pilotes les moins rentables, et de loin, excepté l'inclassable Nicholas Latifi (Williams), qui n'a toujours pas ouvert son compteur 2022. Payé 10 millions par McLaren, "Dan The Man" n'a ramené que 19 points à son employeur, soit un coût de 526.000 euros par unité au championnat.
A ce titre "Honey Badger" a créé une jurisprudence à Woking. Un véritable accident industriel qui a poussé Zak Brown à lui faire un gros chèque (14 millions d'euros) pour arrêter les frais. "La prochaine fois, j'inclurai peut-être une clause de performance pour que nous soyons davantage protégés. Plutôt que supposer simplement qu'un pilote brillant le sera toujours", a expliqué le patron de McLaren.
Le ratio de l'Australien est le plus désastreux, mais son suivant n'est pas très loin. Avec les 8 millions d'euros pour sa dernière année, Sebastian Vettel a rapporté 20 points à Aston Martin, soit 400.000 euros par point.
Les pilotes les moins rentables
Rang PiloteSalaire (millions €)Point(s)Coût par point (€)
1N. Latifi10-
2D. Ricciardo1019526.315
3S. Vettel820400.000
4L. Hamilton45168267.857
5L. Stroll15200.000
6G. Zhou16167.000
7P. Gasly322136.363
8F. Alonso859135.593
9A. Albon0,54125.000
10M. Verstappen3033589.552

L'imbattable Russell

Et puis, la plus (mauvaise) surprise de ce classement de la rentabilité est Lewis Hamilton, troisième le plus coûteux du plateau. A raison de 45 millions d'euros par an, ses saisons de champion du monde étaient une affaire sans égale pour Mercedes. Beaucoup moins depuis la chute de l'équipe allemande dans la hiérarchie. Le Britannique n'a inscrit "que" 168 points en 16 courses, ce qui place le coût du point à 267.000 euros.
En milieu de hiérarchie, les 30 millions et 335 points de Max Verstappen nous donnent une idée de ce qu'il faut consentir en Formule 1 pour gagner : 89.000 euros par point. Enfin, George Russell représente la meilleure affaire. Le jeune Anglais tourne à 4 millions d'euros pour sa première saison chez Mercedes et il a déjà collecté 203 points. Soit moins de 20.000 euros le point. Mais il serait étonnant de le retrouver à ce niveau l'an prochain, car son salaire va sûrement augmenter.
Les pilotes les plus rentables
Rang PiloteSalaire (millions €)Point(s)Coût par point (€)
1G. Russell420319.704
2K. Magnussen0,52223.000
3S. Pérez521023.809
4C. Sainz518726.737
5C. Leclerc921941.095
6M. Schumacher0,51242.000
7Y. Tsunoda0,51145.000
8L. Norris58859.818
9E. Ocon46660.606
10V. Bottas34665.217
Grand Prix d'Italie
Bonus-malus : Verstappen et De Vries, les Oranje font la loi dans le jardin de Ferrari
11/09/2022 À 22:49
Grand Prix d'Italie
Binotto et la fin de course neutralisée : "Pas génial pour le sport"
11/09/2022 À 21:16