Nous sommes le 18 janvier 2022, désormais plus proches de la nouvelle saison de Formule 1 que de la précédente. Mais à 36 jours des premiers tests de Montmelo, Lewis Hamilton se terre encore dans le silence, laissant voguer la rumeur d'une retraite prématurée. Le Britannique n'a plus dit un mot en public depuis le 12 décembre dernier, jour où une huitième couronne mondiale lui a glissé entre les gants dans le dernier tour du Grand Prix d'Abu Dhabi.
Le mutisme du champion de Mercedes n'a rien de surprenant en soi : le coup qu'il reçut sur le casque, ce soir-là, fut si grand qu'il ne put répondre à son ingénieur, Peter Bonnington, après avoir passé la ligne d'arrivée. A l'origine, il était donc impossible de déceler une once de stratégie dans cette réaction - ou plutôt cette absence de réaction - et il fallait croire les explications de Toto Wolff après coup : "Il n'a tout simplement pas les mots."

Pit stop de 48h, Hamilton seul au monde, Verstappen "Tsunodé" : stats et moments insolites de 2021

Saison 2022
La F1 s'arrêtera à 22 : le Grand Prix de Russie ne sera pas remplacé
HIER À 14:41
Avec l'âge, "King Lewis" a appris à prendre du recul, notamment en réduisant ou en interrompant, périodiquement, sa présence sur les réseaux sociaux. Les combats qu'il mène et qui dépassent largement le cadre du sport y sont parfois difficiles à mener. Hamilton est donc parfois "parti". Mais il est toujours revenu. "Je pense qu'il est juste en train de faire un break avec les réseaux sociaux, avait expliqué son frère Nicolas lors d'un direct Twitch en fin d'année. Je ne le lui reproche pas. Ils peuvent parfois être un endroit très toxique. Mais il n'a pas de problème. Il va bien."

Un silence calculé ?

Ce silence pourrait donc avoir pris une tournure un peu plus stratégique. De près, la retraite de l'Anglais est inenvisageable : la quête d'un huitième titre dans une troisième ère différente, l'opposition de Max Verstappen et celle de son nouveau coéquipier George Russell sont autant de défis lui offrant l'occasion de conforter, de manière non négligeable, son statut de meilleur pilote de tous les temps. Le contrat de deux ans qu'il a paraphé l'été dernier, auquel sont liés des intérêts sportifs et économiques colossaux, représente une garantie encore plus solide.

Casque arc-en-ciel, kilt et monoplace noire : quand Hamilton prend position

Mais Hamilton sait que ses silences ont autant de valeur que ses discours, et il connaît trop bien les mécanismes de la communication pour ignorer que chacune de ses actions, comme celle de plus suivre le moindre compte sur Instagram, sera analysée. D'autant que ce petit jeu fait aussi les affaires de Mercedes. À chaque fois qu'il en a l'occasion, Toto Wolff fait en sorte de répandre le doute, plus ou moins grossièrement. "J'espère vraiment que nous le reverrons en 2022, a récemment glissé le dirigeant lors d'une interview accordée au média autrichien Kronen Zeitung. Il est l'une des figures emblématiques de la Formule 1."
Difficile d'imaginer le patron de Mercedes naviguer à vue sans connaître l'avenir de son pilote, dont il est pourtant très proche. Il pourrait s'agir, ici, de faire porter la responsabilité de cette éventualité à la FIA. L'écurie allemande, dont les deux réclamations déposées après le Grand Prix d'Abu Dhabi avaient été rejetées par les commissaires, s'était abstenue de faire appel pour ne pas écorner son image et celle d'un sport qu'elle a longtemps dominé.

Mettre la pression sur la FIA

Toto Wolff avait pourtant révélé avoir la certitude que le constructeur à l'Etoile, accompagné par plusieurs avocats, aurait fini par obtenir gain de cause s'il avait mené l'affaire devant la justice. En refusant de se projeter sur la saison à venir, Mercedes et son champion pressent ainsi l'instance à prendre ses responsabilités. Sous pression, la FIA a fini par dévoiler les grandes lignes, la semaine dernière, de l'enquête interne que Jean Todt avait pourtant réclamée avant de passer le relais à son successeur, Muhammed Ben Sulayem.

4 champions du monde, 1 débutant, 2 revenants : Voici les 20 pilotes F1 2022

L'Émirien avait eu beau tenter d'affirmer son autorité dès le début de son mandat, en évoquant de possibles sanctions à l'encontre de Lewis Hamilton après que l'Anglais a décidé de snober le gala de remise des prix de la FIA, l'hypothèse d'une retraite de la superstar britannique est une épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Le clan Mercedes n'envisage pas que cette affaire soit classée sans suite et il faudra plus que des retouches réglementaires, probablement dévoilées le 18 mars prochain lors d'un Conseil Mondial, pour la satisfaire. Michael Masi, le si décrié directeur de course, pourrait servir de symbole.
En attendant, Lewis Hamilton n'a aucune raison de réapparaître en public. Mais il lui faudra bien être présent lors de la présentation de la nouvelle Flèche d'argent, le 18 février prochain. En 2021, il avait fallu patienter jusqu'au 8 février pour avoir la confirmation que le Britannique poursuivrait sa carrière. "Record" battu cette année ?
Saison 2022
Hamilton : "Je serai le seul à décider quand ça sera fini"
28/04/2022 À 10:14
Saison 2022
Sainz prolonge avec Ferrari jusqu'en 2024
21/04/2022 À 07:53