Valtteri Bottas avait abattu sa dernière carte en clamant son intention de jouer sa carte personnelle cette saison. Il avait pris un risque considérable en n'assurant pas son employeur de son soutien - il est là pour ça - à Lewis Hamilton. Il l'avait d'ailleurs vite montré : à Montmelo, il avait tardé à ouvrir le passage à son coéquipier en pleine remontée victorieuse sur Max Verstappen (Red Bull).
Le Finlandais avait ainsi brouillé les pistes à travers cette approche personnelle, même si la première qualité d'un pilote est l'égoïsme. Seulement, les performances n'ont pas été au rendez-vous : il n'a plus gagné depuis 22 courses et son maigre score de 47 points (contre 101 à Hamilton) est à l'origine de la deuxième place de Mercedes au championnat du monde Constructeurs.

Verstappen : "Je suis actuellement au summum de mon pilotage"

Saison 2022
Rendez-vous le 8 mai 2022 : Le Grand Prix de Miami fait son entrée dans le calendrier
IL Y A 20 HEURES

Déni de réalité

Imola, le site de la deuxième manche du Mondial, avait été spécialement un point bas dans sa carrière chez Mercedes, entamée en 2017, mais Bakou a surpassé cette impression de déliquescence il y a deux semaines. Qualifié dixième, le pilote de Nastola a sombré le dimanche en terminant douzième, à la régulière, alors que Lewis Hamilton a frôlé la victoire. "Je ne pouvais aller plus vite", a-t-il avoué.
Depuis, un point de non-retour a été atteint : la rumeur quant à son avenir a pris les contours d'une certitude. Valtteri Bottas sera remplacé par George Russell en 2022 et Mercedes aurait prévu de l'officialiser lors du week-end à Silverstone (16-18 juillet). Peut-être en même temps que la reconduction du contrat de Lewis Hamilton pour un an.
Jeudi, Valtteri Bottas a encore balayé d'un revers de la main la rumeur, dans ce qui s'apparente à un déni de réalité. "On ne peut pas faire taire les bruits environnants et chaque saison c'est la même chose, les mêmes questions et la même spéculation, a-t-il coupé, jeudi au Castellet. Ça fait partie du sport."

Verstappen : "Le titre ? On ne peut pas forcer les choses"

Deux options de fond de grille

Cependant, son patron chez Mercedes, Toto Wolff, ne l'a pas sollicité pour une prolongation de contrat, alors qu'il a précisément fixé la pause estivale du championnat comme limite pour signer ses pilotes 2022. "Nous n'avons pas encore réellement discuté de contrat avec Mercedes, et ça va peut-être venir", a-t-il précisé, ajoutant qu'il n'avait pas envisagé de plan B. Qui correspondrait à un déclassement car, entre le "pas la peine de m'appeler" d'Helmut Marko, le recruteur de Red Bull, et les places déjà prises, le pilote géré par Didier Cotton n'aurait que Williams et Alfa Romeo comme point de chute.
Williams, qui s'était ouvertement positionné sur le devenir de George Russell en expliquant que "ce sera une perte" pour l'équipe, a acté un peu plus le départ vendredi, par la voix de son conseiller Jenson Button, le champion du monde 2009, qui a déclaré : "La meilleure option, même si je suis un conseiller expérimenté de Williams, je dois avouer que la meilleure option est George. Je suis sûr qu'ils adoreraient le garder, mais ils comprennent aussi qu'on ne peut aller contre l'opportunité de quelqu'un de se glisser dans la voiture la plus rapide du plateau."
Saison 2022
Haas confirme Schumacher et Mazepin pour la saison 2022
HIER À 08:40
Saison 2022
Horner entrouvre la porte à Gasly : "Pour 2023, nous avons plusieurs options qui s'offrent à nous"
20/09/2021 À 14:03