Avez-vous un jour regretté d'avoir racheté l'équipe ?
Peter Sauber : Non, jamais. Et je ne le regretterai jamais, même si je savais que maintenir le team en vie serait une tâche ardue. Si je n'avais pas plongé, je me serais demandé tous les jours pourquoi. Nous avons effacé un à un les obstacles. Tout le monde a de quoi être fier aujourd'hui en repensant à ce qu'était la situation il y a un an.

L'équipe a commencé par progresser très lentement. Que vous est-il alors passé par la tête ?

Saison 2010
Schumacher révèle ses difficultés
02/12/2010 À 13:35

P.S. : Ce fut éprouvant, incontestablement. La voiture était non seulement lente, mais pas fiable, un fait inhabituel pour l'équipe. Et puis, comme ça arrive dans ces circonstances, nous avons eu de la malchance. Ce n'était pas qu'ennuyeux : ça a bloqué nos négociations avec des sponsors potentiels.

Tout s'est soudain décanté à partir de Valence. Quel a été le catalyseur ?

P.S. : En avril, James Key (ex-Force India) a pris ses fonctions de directeur technique et a fait du très bon boulot en peu de temps. Avec l'équipe, il a identifié les faiblesses de la C29, établi une feuille de route claire. Ses idées ont été rapidement mises en pratique et ont eu un effet positif. Après avoir marqué un point sur les huit premières courses, nous en avons ajoutés 36 sur les huit Grands Prix suivants, plus sept lors des trois dernières courses. En puis, James a impulsé une série de changements organisationnels. Avoir trouvé une voie dans une situation si difficile en cours de saison est une jolie publicité pour la qualité et l'esprit de l'équipe.

A partir de Singapour, Nick Heidfeld a remplacé Pedro de la Rosa. Avec le recul, auriez-vous pris la même décision ?

P.S. : Oui. Nous ignorions jusqu'où nous avions poussé la performance. Les deux pilotes étaient nouveaux chez nous, nous ne les connaissions pas très bien et nous ne connaissions pas la valeur de la voiture. Il nous manquait une référence fiable. Nous connaissions Nick pour avoir travaillé avec lui pendant des années, et ça nous a permis d'apprécier précisément un certain nombre d'éléments.

Etes-vous heureux avec Kamui Kobayashi?

P.S. : Kamui inspire tout le monde dans le team. Son style rafraîchissant, offensif met un sourire sur le visage de tous. On peut voir aussi, d'après les réactions dans les stands, que les supporters de la Formule 1 l'aiment vraiment ; ses dépassements sont toujours sensationnels à voir. Mais ce serait une injustice de ne parler que de son pilotage : Kamui est aussi un pilote très intelligent et comprend comment mettre en application une stratégie prédéfinie. Il a merveilleusement progressé cette année et je suis sûr qu'il a encore une marge de progression. Quand je l'ai signé, il y a un an, j'ai été critiqué par certains experts. Mais ma conviction profonde me disait que Kamui était spécial.

En 2011, vous alignerez Sergio Pérez, un débutant, et Kamui Kobayashi, qui n'a qu'une saison complète derrière lui. Est-ce un risque ?

P.S. : Je suis confiant. Kamui a aussi fait de gros progrès d'un point de vue technique, et je n'ai pas de doute sur le fait qu'il continuera à grandir avec ses nouvelles responsabilités. Sergio déborde de talent. Pour lui, il s'agira d'apprendre vite. Chez nous, pourra apprendre de Kamui comme Kamui a appris de Pedro et de Nick. Il faut aussi se souvenir que l'une des années les plus fructueuses de Sauber a été 2001, lorsque nous avions aligné un débutant nommé Kimi Räikkönen et Nick, qui n'était que dans sa deuxième année.

Kamui Kobayashi sera-t-il N.1 ?

P.S. Il n'y a pas de N.1 chez nous ; les pilotes seront traités à égalité, en tout respect. Mais je m'attends quand même à ce que Kamui joue de sa plus grande expérience.

Comment avance le développement de la prochaine C30 ?

P.S. : Nous avons placé la barre haut et ça se présente bien. James Key a prouvé par le passé sa capacité à construire des voitures rapides. Tous les changements au règlement technique - dont l'interdiction du double diffuseur, l'introduction des Pirelli, les ailerons arrière amovibles et le KERS – feront de cette année un challenge excitant.

Beaucoup de choses ont été écrites sur la vente de l'équipe. Quelle est la situation actuelle ?

P.S. : Je possède 100 pour cent de l'équipe, je n'ai aucune intention de vendre des parts. Notre partenariat ave Telmex, qui prend effet le 1er janvier 2011, ne prévoit aucune prise de participation. C'est purement un accord de sponsoring.

Combien de temps resterez-vous parton d'équipe ?

P.S. : J'ai dit il y a un an que je ne resterai pas sur le muret des stands au delà de 70 ans. Ça reste vrai, et j'en ai 67. L'aspect critique est que je dois m'assurer d'apporter plus de stabilité à l'équipe et des bases financières pour sportivement avancer. Quand cela sera en place, le temps sera venu de prendre du recul.

Saison 2011
Maldonado chez Williams
01/12/2010 À 16:37
Grand Prix d'Abou Dabi
Kobayashi confirmé par Caterham
17/11/2014 À 07:28