Schumacher chez Sauber ?

L'hypothèse Schumacher-Sauber
Par Eurosport

Le 28/09/2012 à 17:56Mis à jour Le 03/10/2012 à 12:31

Remplacé par Lewis Hamilton chez Mercedes à force d'attentisme, Michael Schumacher pourrait quand même rebondir. Pourquoi pas chez Sauber.

Désormais sans volant depuis la signature de Lewis Hamilton, Michael Schumacher refuse pour l'instant de dévoiler ses plans. Pourtant, les options du Kaiser ne sont pas légion. Elles sont au nombre de deux, voire trois pour les plus rêveurs et visionnaires. Premier scénario : l'Allemand qui aura 44 ans en janvier 2013 pourrait tout simplement décider de se retirer définitivement. Elément qui va en ce sens, la stratégie de communication de Schumacher sur le sujet. Il  n'a cessé de botter en touche depuis le début de saison.  Sa manager, Sabine Kehm, apporte des précisions : "Michael n’est pas resté chez Mercedes parce qu’il n’était pas certain de vouloir courir et ça n’a pas changé depuis",  a expliqué Kehm à la BBC. Quand il lui a été demandé si Schumacher avait maintenant fait un choix concernant son avenir en Formule 1, Kehm a simplement répondu : "Non."

Deuxième hypothèse, une nouvelle destination.  Plusieurs éléments indiquent en effet que son sort n'est pas scellé et que Schumacher a encore la possibilité de courir s'il le souhaite. Peter Sauber est aujourd'hui prêt à récupérer le pilote. Aujourd'hui, une offre est bel et bien présente sur la table. Plus intéressant même, Sabine Kehm toujours, a été vue en discussion avec le management de l’écurie suisse le week-end dernier au Grand Prix de Singapour (avec Peter Sauber et Monisha Kaltenborn).  Cette possibilité est tout à fait plausible. Cela constituerait un retour aux sources pour Schumacher. Rappelons que c'est grâce au Suisse que la légende a pu débuter en Formule 1.

L'appel du pied de Peter Sauber

Surtout, bien que critiqué de toute part, quoi qu'on en dise, le Kaiser est encore dans le coup. A ce stade de la saison, il mène 8-6 en qualifications face à Nico Rosberg. Et avancer qu'il a plus de 50 points de retard au classement des pilotes pour justifier son déclin est très réducteur. Rappelons que sans l'erreur de son équipe en Chine,  sans sa sanction à Monaco, où il n'a pu tirer les bénéfices de sa pole position et sans ses soucis mécaniques à répétition, il serait sur les talons de son jeune équipier.

Peter Sauber le sait et a en tous cas indiqué qu’il signerait Schumacher "immédiatement" si cette occasion s’offrait à lui. Il vient en plus de perdre Sergio Pérez dans ce jeu de chaises musicales et  a quasiment deux baquets à pourvoir. Kamui Kobayashi n'est en effet pas certain d'être conservé  et il n'apporte pas de gros sponsors au contraire d'un Pérez, pour se rendre indispensable. Récupérer un pilote de la trempe de Schumacher serait du pain béni pour la structure basée à Hinwil : avoir un pilote compétitif, qui représenterait également une assurance-vie non négligeable pour le développement de la future voiture. Et pour cette "petite" écurie, quoi de mieux qu'un septuple champion du monde pour s'exposer à la lumière et soigner son image de marque ? 

Tout  dépend maintenant de la volonté de  l'Allemand de continuer la compétition ou non. Si la réponse était positive, l'association Schumacher-Sauber serait donc très probable. A moins que le Baron Rouge fasse une pige chez... Ferrari ! Si Felipe Massa est désormais favori à sa propre succession, il n'a pas encore été prolongé et il se murmure qu'un retour à Maranello pour une saison n'est pas inenvisageable.

0
0