Sebastian Vettel n’a prononcé que trois mots, en anglais, pour dire le peu de bien qu’il pense du bruit émis par les V6 turbo, ce jeudi après-midi, au cours d’un point presse auquel a assisté ;F1i dans le paddock de Sepang :
"It is shit !" a lâché le quadruple champion du monde de Formule 1 en titre, ce qui donne littéralement en français : "C’est de la merde !"
"J’étais sur le muret des stands durant la course en Australie, et il y avait moins de bruit que lorsque vous êtes dans un bar ! Je pense que ce n’est pas bien pour les fans. Je pense que la F1 se doit d’être spectaculaire, et le bruit est l’un des ingrédients les plus importants."
Grand Prix de Malaisie
Le handicap numéro 1 d'Alonso ne sera pas son état de forme, mais sa voiture
26/03/2015 À 14:21
"Je me rappelle que, même si je ne m’en rappelle pas très bien car je n’avais que six ans, mais quand nous allions voir la F1 lors des séances d’essais libres en Allemagne, la première chose qui me frappait était le son. Je me souviens à quel point ces monoplaces émettaient un bruit strident. C’est une honte que nous n’ayons plus ça."
La sonorité des nouveaux propulseurs était le principal sujet de discussion aujourd’hui dans le paddock malais. Le débat est hautement politique aussi, et il ne faut pas s'étonner de voir Vettel (et Red Bull) prendre le parti de Bernie Ecclestone, viscéralement opposé au retour des moteurs turbo. Interrogé sur le sujet, Felipe Massa nous a répondu que la situation était de toute façon irrévocable.
"Quand il a été décidé de remplacer les V8 par des V6 turbo, tout le monde disait déjà que le bruit allait être un problème, rappelle le pilote Williams. Maintenant, c’est trop tard, nous ne pouvons plus faire marche arrière. Il est impossible de retrouver le son qui était émis par les V8, peu importe ce que nous ferons."
Cliquez ici pour découvrir les photos de cette journée de jeudi au Grand Prix de Malaisie.
Retrouvez plus d’articles sur F1i
Grand Prix de Malaisie
Alonso : "Je ne me suis pas réveillé à l'hôpital en me croyant en 1995"
26/03/2015 À 10:27
Grand Prix de Malaisie
Le tour de force de Nasr : apporter une fortune à Sauber sans être un pilote payant
23/03/2015 À 08:02