Getty Images

"Une saison d'apprentissage" : pour son arrivée en Formule E, Mercedes la joue modeste

"Une saison d'apprentissage" : pour son arrivée en Formule E, Mercedes la joue modeste
Par AFP

Le 11/09/2019 à 23:56

Après l'annonce officielle de son arrivée en Formule E pour la saison 2019-2020, Mercedes a dévoilé ses objectifs pour la saison à venir avec Stoffel Vandoorne et Nyck de Vries pour pilotes. La marque allemande ne veut pas griller les étapes et la joue profil bas.

"Ici naît la prochaine génération de voitures de course Mercedes": la firme allemande, dominatrice en F1, a dévoilé mercredi ses ambitions pour sa première saison en Formule E avec Stoffel Vandoorne et Nyck de Vries pour pilotes.

"Nous ouvrons un nouveau chapitre. C'est la première fois qu'on passe en tout électrique et c'est un moment très spécial", a expliqué à l'AFP Toto Wolff, qui dirige Mercedes-Benz Motorsport, lors de la présentation de l'équipe et de sa nouvelle monoplace électrique, le Mercedes-Benz EQ Silver Arrow 01, en marge du salon de l'automobile de Francfort.

Objectif: se battre pour la victoire

"Notre objectif est d'arriver à une position qui nous permet de nous battre pour des victoires en course ou en championnat", a-t-il annoncé dans sa présentation, mais la première saison "est celle de l'apprentissage". "On est les nouveaux venus, il faut être modeste." "Nous sommes très conscients du défi qui nous attend", a renchéri Ian James, issu de la maison Mercedes, qui devient le "team principal" de l'écurie.

Pour Wolff, l'arrivée de plus en plus de constructeurs dans la discipline devrait lui permettre de gagner davantage en popularité. "Avec l'engagement du constructeur vient une grande force de marketing", estime l'Autrichien. "La plateforme se développe déjà très bien, mais avec l'arrivée de Porsche et de Mercedes cette année aux côtés d'Audi et de BMW, la série recevra un 'boost' supplémentaire."

"Boost" pour la Formule E

Pour la saison 2019-2020, qui débutera le 22 novembre à Ad Diriyah, en Arabie Saoudite, la marque à l'étoile rejoint le jeune championnat de monoplaces électriques lancé en 2014 avec au volant le Belge Vandoorne, déjà pilote de Formule E pour HWA Racelab (qui a servi de laboratoire à Mercedes) l'an dernier, et le Néerlandais de Vries, actuel leader en Formule 2, l'antichambre de la F1.

"C'est un réel honneur de porter l'étoile" de Mercedes, a déclaré de Vries, dont l'arrivée fait figure de petite surprise. "Tout ce que j'ai fait avant la Formule E était très différent et j'ai vraiment apprécié le passage aux voitures électriques", a pour sa part expliqué Vandoorne, engagé en F1 avec McLaren en 2017 et 2018.

Des "Flèches d'argent" des années 1930 aux succès actuels du Britannique Lewis Hamilton en F1, en passant par les titres mondiaux du mythe Juan Manuel Fangio dans la catégorie reine, Mercedes a marqué l'histoire du sport automobile et en domine l'élite depuis 2014. En F1, elle a remporté les cinq derniers titres de champion du monde constructeurs et pilotes, avec Hamilton (quatre fois) et l'Allemand Nico Rosberg (en 2016).

L'histoire de la marque se confond d'ailleurs avec celle du sport auto: elle a participé à la première course du monde, Paris-Rouen, en 1894. Quelques-uns des meilleurs pilotes ont pris place au volant de ses Formule 1, dont l'Argentin Fangio, champion du monde avec Mercedes en 1954 et 1955. Après le dramatique accident des 24 Heures du Mans en 1955, où la Mercedes pilotée par le Français Pierre Levegh atterrit dans la foule, tuant plus de 80 personnes, la marque décida de quitter la course automobile.

Elle ne fit son retour qu'à la fin des années 80 et quelques années plus tard en Formule 1, comme motoriste à partir de 1994, puis comme écurie à part entière à partir de 2010, après 55 ans d'absence. Le nom "EQ" de l'écurie fait référence à la gamme du même nom de voitures électriques commercialisées par le groupe Daimler dès cette année.

0
0