Pour tous ceux qui, depuis dix ans, ont caressé ce rêve un peu fou d'amener la Ryder Cup en France, puis se sont démenés ces sept dernières années pour mettre les petits plats dans les grands afin d'être à la hauteur de cet évènement hors normes, ce fut la récompense ultime. Tiger Woods, qui n'avait plus disputé la Ryder depuis six ans, est revenu au premier plan au meilleur moment. Sa présence sur le Golf National, cette semaine à Guyancourt, est "la cerise sur le gâteau", comme le dit Pascal Grizot, vice-président de la Fédération française de golf et maître d'œuvre de la Ryder Cup 2018.
Cerise d'autant plus savoureuse que cette perspective, il y a encore six mois, aurait semblé totalement farfelue. Certes, la présence de Tiger Woods était acquise, puisqu'il avait été retenu en tant que vice-capitaine. Mais voir la superstar américaine évoluer en tant que joueur, ça n'a évidemment rien à voir. Au début de cette année 2018, du côté de l'organisation, si on avait un rêve secret, il résidait plutôt dans la présence d'un joueur français au sein de l'équipe européenne.

Tiger Woods, Ryder Cup 2018

Crédit: Getty Images

Ryder Cup 2018
Woods : "Ils voulaient jouer contre moi ? Eh bien je suis là"
25/09/2018 À 22:38
On t'aime Tiger !
Cet espoir-là, après un début de campagne prometteur d'Alexander Levy, s'est assez vite envolé. Mais Woods est plus qu'un lot de consolation. "Evidemment, nous aurions adoré avoir un joueur français devant le public français, explique Christophe Muniesa, le directeur technique national, mais on ne va pas se mentir : en termes d'impact, pour l'épreuve, pour l'intérêt médiatique et même pour l'intérêt du public, le fait d'avoir Tiger Woods, c'est dix fois plus fort que d'avoir un Français."
Difficile de le contredire, notamment après avoir assisté aux premiers pas du Tigre sur l'Albatros, mardi. Venu reconnaître pour la première fois le parcours, il a fait un triomphe auprès du public. Des "On t'aime Tiger!" et "Tu es le meilleur !" ont résonné lorsqu'il est arrivé au tee du tour numéro 1, devant la gigantesque tribune installée pour la Ryder Cup. Une vraie "Tiger-Mania", qui impressionne par sa ferveur. La Ryder était déjà une perspective excitante pour le public, mais la Ryder avec Woods, avec ce Woods-là, redevenu un des meilleurs joueurs du monde, c'est encore autre chose.

Tiger Woods au contact du public sur le parcours de l'Albatros.

Crédit: Getty Images

Qu'il s'agisse du public, des médias, des organisateurs ou des protagonistes de cette 42e Ryder Cup, vous ne trouverez personne pour manquer d'enthousiasme à l'idée de le voir fouler les fairways de l'Albatros. Même au sein de l'équipe européenne. "En tant qu'amateur de golf, je trouve ça formidable, avoue Ian Poulter, un des membres du Team Europe. Je crois que c'est génial pour la Ryder Cup. Et ça fait du bien de voir Tiger Woods jouer au golf à ce niveau, parce que ça rend certainement la Ryder Cup encore plus spéciale".

Jacquelin : "Il a tellement apporté à ce sport"

Un sentiment partagé par Raphaël Jacquelin. L'ancien joueur français, recruté dans son staff par le capitaine européen Thomas Bjorn en tant qu'assistant, ne cache pas son enthousiasme. "C'est génial pour tout le monde, nous a-t-il confié. Pour ma découverte de la Ryder Cup, c'est génial de le voir jouer. Tiger, c'est ma génération. Je suis arrivé sur le circuit en 1997, l'année où il gagne son premier Majeur. Comme tout le monde, j'ai bénéficié de toute la progression dans les dotations dans tous les tournois au monde. Le développement du golf depuis vingt ans, c'est grâce à lui. Il a tellement apporté à ce sport."
Mais au-delà de l'icône, c'est aussi un joueur en pleine bourre qui déboule à Saint-Quentin-en-Yvelines. "Il rejoue très, très bien, souligne Jacquelin. Il est très en forme, ce n'est pas comme s'il venait pour faire de la figuration." C'est sans doute plus vrai que jamais après sa victoire au Tour Championship, dimanche dernier. Le 80e titre de sa carrière, le premier depuis 2013. Il n'est même pas interdit de penser que Woods est l'atout numéro un du capitaine américain Jim Furyk. Alors que Brooks Koepka et Patrick Reed, vainqueurs à eux deux de trois des quatre tournois du Grand Chelem, semblent émoussés en cette fin de saison, Woods, lui, affiche une fraicheur de jeune homme.
Idole de tous et atout majeur, Tiger Woods a tout pour être le personnage central de cette Ryder Cup, des tribunes aux greens. Avec Woods, la Ryder Cup et le golf ont d'ores et déjà gagné. Et avec ce Woods-là, ce sont les Etats-Unis, sevrés de victoire sur le sol européen depuis un quart de siècle, qui pourraient bien triompher.

Tiger Woods in Atlanta

Crédit: Getty Images

Ryder Cup 2018
Pour l'Europe, c'est clair : pas de Ryder Cup sans public
08/04/2020 À 11:05
Ryder Cup 2018
Woods sur la Ryder Cup : "J'étais fatigué, je ne m'étais pas préparé pour tout cela"
17/10/2018 À 21:39