C'est un titre qui ne fait que renforcer ses ambitions. Mélanie De Jesus Dos Santos a idéalement préparé le rendez-vous des JO de Tokyo dans trois mois en décrochant un sacre européen dimanche à Bâle. "Je suis contente d'avoir battu la championne olympique en titre (Sanne Wevers, ndlr), c'est un honneur pour moi!", s'est réjouie Mélanie De Jesus Dos Santos, tout sourire, en visioconférence, après avoir reçu sa médaille, la seule que la délégation française rapporte dans sa besace.
Elle a en effet devancé la Néerlandaise, victorieuse à Rio en 2016, avec un score de 13,900 points, contre 13,866 à Sanne Wevers, en l'absence aussi d'une autre rivale de taille, la Roumaine Larisa Iordache qui a déclaré forfait après une infection rénale survenue à l'issue des qualifications. A 21 ans, Mélanie De Jesus De Santos compte désormais à son palmarès quatre titres européens (sol en 2018, concours général et sol 2019) et continue d'afficher ses ambitions. Et pourtant, la compétition avait mal démarré pour elle, car elle n'avait pas réussi à se qualifier aux barres asymétriques, terminant 26e, alors qu'elle y rodait un nouveau mouvement.
Tokyo 2020
Aït Saïd en finale des anneaux : « On peut s’attendre à une médaille d’or » pour Le Pennec
01/08/2021 À 16:28
Elle avait décidé de ne pas faire le concours général. L'idée? Faire monter les difficultés et par conséquent faire grimper ses notes à tous les agrès pour que le total aille encore plus haut au concours général, dans trois mois dans l'Ariake Gymnastics à Tokyo. Elle a ainsi inauguré une nouvelle sortie à la poutre (double salto arrière vrillé, dit "black full") partant avec un niveau de difficultés supérieur à ses concurrentes. "Je suis contente d'avoir réussi ma poutre et d'avoir rentré une nouveauté", a-t-elle expliqué dimanche, qualifiant de "pas grave" sa contre-performance aux barres asymétriques. Au total, c'est "positif", a-t-elle jugé. "Mes ambitions sont encore plus fortes qu'avant et j'ai encore envie d'augmenter mon programme encore plus et d'être l'une des meilleures" aux JO de Tokyo, a-t-elle lâché.

"Grosse déception" pour Frasca

A la poutre toujours, Marine Boyer, qui avait fini au pied du podium à Rio, s'est classée 6e (12,866 points), avec un déséquilibre qui lui a coûté cher. Au saut de cheval, "grosse déception" pour Loris Frasca, selon les mots de son entraîneur Philippe Carmona. Ce spécialiste du saut, qualifié pour les JO, a fini dernier de la finale. Invitée surprise en finale du sol dimanche, en raison d'une défection de dernière minute, la Française Carolann Héduit s'est blessée et n'a pas achevé son mouvement. C'est la Britannique Jessica Gadivora (13,966 points) déjà médaille de bronze au concours général, qui remporté l'épreuve devant la Russe Angelina Melnikova (13,900 points).
Faute de compétitions depuis des mois, ce Championnat d'Europe, de mercredi à dimanche, a été marqué par pas mal de chutes, et quelques blessures. Lors de la dernière édition en Pologne en 2019 (un Championnat d'Europe s'est tenu en décembre 2020 en Turquie, mais en petit comité en l'absence de la Russie et de la France), les Tricolores étaient revenus avec pas moins de six médailles. Parmi les autres déceptions, le médaillé d'argent aux Championnats d'Europe en 2019 et 4e aux JO de Rio et spécialiste des arçons Cyril Tommasone avait chuté mercredi sur son agrès favori, et n'avait pas pu se qualifier pour la finale, privant la France d'une chance de médaille.
Tokyo 2020
L'or et l'histoire, Biles face à une montagne de pression
26/07/2021 À 20:19
Tokyo 2020
Gymnastique - Tokyo 2020 - Temps forts des JO
26/07/2021 À 19:18