Eurosport

Les Américaines sacrées par équipe, Biles lance sa course au record

Les Américaines sacrées par équipe, Biles lance sa course au record
Par AFP

Le 08/10/2019 à 18:22Mis à jour Le 09/10/2019 à 00:09

MONDIAUX - Les gymnastes américaines ont été sacrées championnes du monde par équipe, ce mardi à Stuttgart. Simone Biles décroche son 15e titre mondial, sa 21e médaille, à deux unités du record de Vitaly Scherbo. L'équipe de France a quant à elle pris la 5e place du concours.

Les gymnastes américaines, portées par la superstar Simone Biles, ont été sacrées championnes du monde par équipe, mardi à Stuttgart (Allemagne), devant les Russes et les Italiennes, à moins de dix mois des JO 2020. Les Américaines ont totalisé un score de 172,330. Soit près de six points de plus que les Russes (166,529). Les Italiennes (164,796) complètent le podium.

21 médailles pour Biles... objectif 23

Ce titre américain porte à quinze le nombre de couronnes mondiales record de Biles (22 ans), et à 21 son total de médailles mondiales, à deux unités du record détenu par la légende bélarusse Vitaly Scherbo (23). La quadruple championne olympique en titre aura de multiples chances de l'égaler, et même de le dépasser : elle est qualifiée pour les cinq finales individuelles sur les tapis allemands, d'abord celle du concours général jeudi, puis celles au sol, au saut, à la poutre et aux barres asymétriques samedi et dimanche.

"Année après année, c'est de plus en plus fort parce qu'on accentue notre empreinte. C'est juste surréaliste", se réjouit Biles. "Parfois, j'aimerais qu'il y ait plus de concurrence, mais en même temps, il faut quand même que je monte sur les tapis et que je fasse ce pour quoi je suis venue. Peu importe l'avance que j'ai, je suis toujours nerveuse de temps en temps", avoue-t-elle.

Simone Biles

Simone BilesGetty Images

Cinquième place pour la France

Les Françaises, emmenées par Mélanie De Jesus Dos Santos et qui ambitionnaient de se hisser sur le podium, se sont classées cinquièmes (163,628), comme il y a un an. Elles avaient terminé quatrièmes à l'issue des qualifications. Mais elles ont payé cher deux chutes intervenues tôt dans le concours, une aux barres et l'autre à la poutre. Les Américaines règnent désormais sur le concours par équipes sans discontinuer depuis huit ans.

"J'étais chaud-bouillante, j'avais envie de tout casser, et puis ça m'a un peu refroidie. Moi, je pète des câbles très vite, donc ça a été compliqué à gérer dans ma tête. Cela m'a vraiment cassé le truc, raconte De Jesus Dos Santos. J'étais tellement à fond que de voir les deux chutes, ça m'a complètement attristée."

"On doit relativiser : quand on a fini cinquièmes à Doha, on sautait de joie ; là, on est cinquièmes avec des erreurs, ça veut dire qu'on a vachement progressé", positive la directrice du haut niveau tricolore, Véronique Legras-Snoeck. "On a le niveau", martèle-t-elle. Et toutes pensent, déjà, à prendre leur revanche sur la scène olympique l'été prochain à Tokyo. Une perspective bien lointaine encore pour Biles, qui a de l'or à conquérir cette semaine.

0
0