Russie : le ministre des Sports défend l'haltérophile Lovchev, suspendu pour dopage

Russie : le ministre des Sports défend l'haltérophile Lovchev, suspendu pour dopage
Par AFP

Le 25/12/2015 à 15:28Mis à jour Le 25/12/2015 à 15:48

Le ministre russe des Sports, Vitali Moutko, a pris vendredi la défense de l'haltérophile Aleksei Lovchev, soupçonné de dopage et suspendu par la Fédération internationale d'haltérophilie (IWF), appelant à ne pas le juger tant que sa culpabilité n'a pas été prouvée.

"Nous allons lui apporter tout le soutien nécessaire tant qu'il n'aura pas été officiellement reconnu coupable de s'être dopé et tant qu'une décision n'aura pas été prise", a déclaré M. Moutko lors d'une conférence de presse. Fin novembre, Aleksei Lovchev a été sacré champion du monde des +105 kg à Houston (Etats-Unis) en établissant un nouveau record du monde à l'épaulé-jeté en soulevant 264 kg.

Jeudi, la Fédération internationale d'haltérophilie a annoncé dans un communiqué avoir découvert des traces d'ipamoréline, une substance interdite à effet hormonal, dans l'échantillon A de M. Lovchev prélevé lors d'un contrôle effectué dans le cadre de ces Mondiaux. Soupçonné d'"avoir violé les règles antidopage", le sportif a été "provisoirement suspendu", a précisé le communiqué.

Selon M. Moutko, Aleksei Lovchev, victime d'une "rupture des ligaments d'un genou, une blessure grave", un mois avant les Mondiaux, avait l'autorisation de prendre ce médicament utilisé pour son traitement. Si les soupçons de dopage sont confirmées, "nous allons prendre des mesures à l'encontre du président de la fédération (russe d'haltérophilie) et le sélectionneur russe" chargés de veiller au respect des règles antidopage au sein de l'équipe nationale, a assuré le ministre.

Pour sa part, Aleksei Lovchev a clamé son innocence, en affirmant dans un entretien à la chaîne de télévision sportive russe Match être dans un état de "choc absolu" après les révélations de l'IWF. Une commission d'enquête indépendante mandatée par l'Agence mondiale antidopage (AMA) avait publié début novembre un rapport qui met en lumière un dopage organisé dans l'athlétisme russe, au sein duquel l'Agence russe antidopage (Rusada) a aidé à dissimuler des cas positifs impliquant des athlètes russes.

L'AMA a dans la foulée déclaré la Rusada et le laboratoire moscovite antidopage non conformes au Code mondial antidopage. Peu après, la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) a suspendu la Russie de toute compétition d'athlétisme, ouvrant la porte à une possible absence des athlètes russes aux prochains jeux Olympiques de Rio en août.

M. Moutko avait annoncé début décembre l'adoption par la Russie et l'AMA d'une feuille de route pour la réforme du système antidopage russe.

0
0