Getty Images

France - Russie : Pour l'histoire

Pour l'histoire

Le 15/12/2018 à 18:42Mis à jour Le 15/12/2018 à 18:59

EURO HAND FEMININ - Championne du monde en titre, la France vise son premier sacre européen dimanche face à la Russie (17h30) à Paris-Bercy. Maudites face aux Russes, les Bleues devront vaincre le signe indien pour aller chercher un fabuleux doublé. Elles en ont les moyens.

Le contexte

C'est la dernière marche. La plus haute. Mais les Bleues se sont données les moyens de la gravir. Elles ont du mérite. Jouer un Euro à domicile avec un statut de championne du monde en titre, c'est un costume de favori à endosser et à assumer. Les filles d'Olivier Krumbholz étaient mal parties en s'inclinant devant la Russie. Elles s'en sont remarquablement remises, jusqu'à cette seconde période de folie face aux Pays-Bas (27-21) qui leur a ouvert la voie vers cette dernière marche. Oui, elle est haute. Mais il faut aller haut pour marquer l'histoire.

C'est bien d'histoire dont il sera question à Paris-Bercy. Les Françaises en ont déjà écrit une partie. Elles n'avaient jamais atteint la finale d'un championnat d'Europe. C'est désormais chose faite. Mais la part du chemin à parcourir est encore plus importante. Car ces Russes ont pris l'habitude de faire bien des misères aux Tricolores. Elles les avaient battues en poules au Jeux de Rio (25-26) avant de les priver d'un titre olympique en final (22-19). Elles ont encore imposé leur loi aux Bleues lors du match d'ouverture de cet Euro (26-23). Pour aller au bout du rêve, il faudra chasser un cauchemar.

Vidéo - France-Russie : L'heure de la revanche pour les Bleues

01:19

Mais les Bleues sont capables de tout renverser sur leur passage. Elles ont un potentiel offensif incroyable, incarné par une Estelle Nze Minko insaisissable depuis le début du tournoi. Mais la Russie a aussi du répondant dans ce domaine. C'est bien sur la défense que se fera la différence. Et là aussi, l'équipe d'Oliver Krumbholz a des arguments qui ne se résument pas au talent de la gardienne Amandine Leynaud. Les Françaises ont monté l'intensité d'un cran dans ce domaine. Avec solidarité et combativité. Avec tous les ingrédients pour aller chercher ce doublé.

La joueuse à suivre : Anna Vyakhireva

La Russie ne manque pas d'atout, mais Anna Vyakhireva est probablement le plus redoutable. L'arrière russe, meilleure joueuse des Jeux Olympiques de Rio, signe encore un tournoi remarquable avec 36 buts et pointe à la quatrième place du classement des réalisatrices. Elle a fait l'étalage de tout son talent lors de la demi-finale face à la Roumanie (28-22) avec 13 buts sur 17 tentatives. Du haut de ses 23 ans, elle est celle qui peut guider la Russie vers le sommet de l'Europe. Pour les Bleus, il sera impératif de la neutraliser.

Trois stats à avoir en tête

85 : C'est le pourcentage de réussite au tir d'Estelle Nze Minko depuis le début du tournoi. Personne ne fait mieux. La Française a inscrit 34 buts sur 40 tentatives. C'est l'arme fatale des Bleues.

36 : C'est le pourcentage de tirs arrêtés par Amandine Leynaud et Laura Glauser sur l'ensemble de ce championnat d'Europe. Seule la Norvégienne Silje Solberg (40%) fait mieux. La France a deux très bons remparts sur lesquels s'appuyer.

1 : Si la France vise son premier sacre de championne d'Europe, c'est aussi le cas pour la Russie. Les Russes, pourtant sept fois championnes du monde, n'ont jamais fait mieux qu'une deuxième place au niveau européen. C'était en 2006.

Ils ont dit

  • Alexandra Lacrabère (arrière de la France)
" Ça va sûrement se jouer dans les cinq dernières minutes. Il va falloir rester dans notre plan de bataille jusqu'au bout. C'est ça qui avait déstabilisé les Norvégiennes l'an dernier en finale."
  • Manon Houette (ailière de la France)
" L'argent olympique était magnifique à cette époque-là compte tenu du contexte. On était au début d'un cycle. Aujourd'hui on a envie de plus. On est chez nous, ça fait trois ans qu'on travaille pour ça."
  • Estelle Nze-Minko (arrière de la France)
" Après la compétition, on va toutes être mortes, mais si on a la médaille d'or, on s'en fout!"

Notre avis

C'est la finale rêvée entre les deux équipes les plus performantes du tournoi. Ce sera selon toutes vraisemblances une rencontre très serrée entre deux formations d'un niveau très proche. Le public aura aussi son rôle à jouer. Il avait mis un peu de temps à pousser les Bleues face aux Pays-Bas. S'il donne de la voix dès coup d'envoi comme il l'a fait en seconde période dans le match contre les Néerlandaises, cela galvanisera les Bleues. Et leur donnera peut-être ce petit avantage qui fera pencher la balance du côté tricolore.

La joie des Françaises après leur qualification pour la finale de l'Euro

La joie des Françaises après leur qualification pour la finale de l'EuroGetty Images

0
0