Getty Images

Les Françaises championnes d’Europe après leur victoire face à la Russie (24-21)

Doublement heureuses !

Le 16/12/2018 à 19:06Mis à jour Le 16/12/2018 à 21:05

CHAMPIONNATS D’EUROPE - Elles l’ont fait ! Après avoir conquis le monde en 2017, les Bleues ont été sacrées ce dimanche championnes d’Europe à Bercy en dominant de main de maître la Russie (24-21). C’est le premier sacre européen de cette équipe de France féminine qui continue de garnir un palmarès déjà conséquent. En se vengeant au passage de leur bête noire russe.

Elles sont allées au bout de leur rêve ! Au terme d'une finale intense et superbe, où elles auront quasiment mené de bout en bout, grâce à une excellente prestation collective, les Bleues ont décroché le premier titre européen de leur histoire à Bercy (24-21), ce dimanche face à la Russie. Emmenée par une Amandine Leynaud intransigeante dans les cages et une Estelle Nze Minko de gala, l'équipe de France est plus que jamais au sommet de sa discipline.

Un an après leur titre de championnes du monde, les Françaises ont réussi à battre leur bête noire, la Russie, qui les avait battues non seulement en finale des Jeux Olympiques à Rio il y a deux ans, mais aussi lors du match d'ouverture de cet Euro. Le seul faux pas des Tricolores qui, depuis, ont impressionné match après match. Ce fut encore le cas dans cette finale, où elles n'ont été menées qu'entre la 15e et la 18e minute.

Les cadres ont répondu présentes

Rien ne leur a pourtant été donné face à une Russie toujours aussi redoutable, portée par la MVP du tournoi Anna Vyakhireva, seule joueuse à survoler tout au long de la rencontre (7 buts, dont 5/5 sur 7 mètres à 100% de réussite). Dans les cages aussi, la portière Anna Sedoykina a réalisé un gros match (12 parades à 30% d'arrêts), mais ça a été loin de suffire pour la Russie, qui a d'abord perdu trop de ballons pour espérer inquiéter la troupe d'Olivier Krumbholz.

Encore extrêmement rigoureuses et efficaces en défense, les Bleues ont pu compter sur leurs forces vives, Nze Minko à la conclusion (4/5 au tir), Grace Zaadi impériale dans son rôle de chef d'orchestre, ou encore Leynaud (8 arrêts), qui a permis de creuser un écart décisif en fin de partie (23-20, 54e). Les Tricolores ont surtout surmonté l'expulsion plus que sévère d'Alisson Pineau (36e) pour un tir à la tête de Sedoykina jugé volontaire par le duo d'arbitres danoises.

C'est l'autre pilier de la sélection, Alexandra Lacrabère (6 buts au final), qui a alors pris ses responsabilités, notamment sur ce but aussi crucial que magnifique à la 57e minute (24-21). Une performance XXL qui permet à la France de devenir la troisième nation à faire le doublé championnat du monde-Euro, après le Danemark et la Norvège. L'aboutissement de plusieurs années de travail passées à rêver de soulever un Graal, qu'elles tiennent désormais bien en main.

0
0